Tous les entretiens

Entretien avec Philippe Aldon, directeur délégué aux affaires internationales et européennes du CNED

 

« Nous sommes connectés à votre projet de scolarité »

 

Un nombre croissant d’élèves et d’écoles manifestent un intérêt pour les programmes internationaux. De plus en plus de parents se tournent vers une éducation internationale pour des raisons de compréhension interculturelle offrant ainsi à leur enfant un avantage comparatif dans un contexte mondialisé.


Au Royaume Uni, l’examen sanctionnant la fin des études secondaires (A-level) avec seulement trois matières obligatoires ne répond plus aux exigences des cursus universitaires britanniques et internationaux.

Le Bac international, mieux connu aujourd’hui, séduit par sa structure et la richesse de son programme.


Parallèlement, les études françaises ou seulement l’étude du français restent une demande forte auprès des Français résidant à l’étranger mais aussi des francophones à la recherche de culture et savoir-faire français en matière d’éducation.

  

Comment alors concilier ouverture au monde et maintien de l’éducation à la française ? Le Forum Expat consacré à la mobilité internationale s’est tenu à Paris en mai dernier. Nous y avons rencontré Philippe Aldon, directeur délégué aux affaires internationales et européennes du CNED. Il nous a livré avec enthousiasme les dernières nouvelles du CNED.

 

Le CNED a changé...

 

Penser CNED, c’était penser papier et session révision des devoirs des enfants ... Du service de cours par correspondance pour les « empêchés de fréquenter l'école d'à côté » à celui d’un environnement d’apprentissage numérique pour tous les apprenants en mobilité, le CNED a beaucoup changé.

Aujourd’hui, le CNED a pris toute la mesure de l’intérêt de la distance et du potentiel de l’enseignement en ligne. La demande de cours papier n’a toutefois pas disparu et le CNED ne compte pas abandonner le papier, support qui fait partie de sa chaîne de valeurs.

L'envie de la page blanche à noircir ; le plaisir du geste d’écrire, de dessiner son projet, vont garder leur place et continuer à jouer leur rôle dans les apprentissages aux côtés du clic interactif, de l'écran tactile, de l’accès en ligne aux ressources dématérialisées mais aussi à la messagerie et aux copies corrigées, tous ces nouveaux instruments et services qui outillent l’apprentissage connecté.

Apprenants mobiles et connectés changent la relation à l’apprentissage ; les professeurs connectés changent la relation à l’enseignement ; espaces connectés changent la relation entre présence et distance. Le CNED change et devient l’école des connectés.

 

Repenser, remodeler, repositionner l'apprendre et l'enseigner à distance...

 

Le Cned est devenu le premier opérateur de formation à distance en Europe et dans le monde francophone. En 2015, il compte 243 300 inscrits répartis dans 163 pays dont 28 000 hors de France.

Parmi ces derniers, près de 15 000 suivent une scolarité, de la grande section de maternelle à la terminale. Cette activité se déploie à l’international en collaboration avec l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger, la Mission laïque française mais aussi avec les alliances et instituts français à travers le monde voire avec quelques établissements internationaux qui souhaitent développer des filières d’éducation française.

Aujourd’hui, poursuit Ph. Aldon, le numérique permet de fournir en tout lieu et à toute heure, à tout un chacun, des contenus et des services selon ses besoins, pour l’acquisition de compétences, à distance mais aussi en présence, en synchrone et asynchrone.

Le numérique permet ainsi de repenser les processus d’apprentissage, de remodeler les pédagogies, de repositionner l’enseignement en ligne et à distance au plus proche des besoins des usagers.

L'hybridation de l'enseignement, alliant présence et distance, l’individualisation des parcours d’apprentissage tenant compte de la diversité des besoins, au sein d’une même discipline, d’une même classe, d’une même école, c’est la transformation numérique dans laquelle le CNED est engagé.

Les dispositifs « D’COL et English for Schools » en sont les premières concrétisations au service du soutien et de la réussite en élémentaire et au collège. A la rentrée 2016, un nouveau dispositif pour l’enseignement/apprentissage de l’allemand sera mis à disposition et les élèves de cinquième collège inscrits au CNED disposeront de supports numériques d’apprentissage.

 

Mobilité professionnelle des parents, scolarisation internationale des enfants ...

 

La scolarité complémentaire internationale proposée depuis 2013 par le CNED répond notamment à ce processus d’hybridation et à cette demande de complémentarité des parcours d’apprentissage.

Il s'agit de permettre à un élève, inscrit dans un établissement éducatif local, non homologué par le ministère français de l’Education nationale, d'effectuer une scolarité complémentaire à distance avec le CNED (3 matières par niveau scolaire) afin de maintenir voire d’enrichir les liens avec la langue et la culture de l'école française. La complémentarité des parcours de formation est ainsi organisée, reconnue et prise en compte, 70 % des devoirs étant exigés pour valider ce programme d'enseignement complémentaire. Plus de 2 000 élèves en bénéficient déjà.

La dématérialisation des contenus et des services aux niveaux collège et lycée permet de répondre aux nouvelles pratiques d'apprentissage en mobilité des apprenants de ces classes d’âges.

L'inscription numérique raccourcit les délais d'interaction entre apprenants et enseignants, augmente de fait le temps d'apprentissage tout en réduisant le ressenti de distance et les coûts de formation.

 

... afin d’enrichir le devenir de leurs enfants.

 

Initialement conçue par le CNED pour répondre aux besoins des enfants français expatriés scolarisés hors d’un établissement homologué, afin de faciliter un éventuel retour en France, la scolarité complémentaire internationale intéresse aujourd’hui un public beaucoup plus large de francophones mais aussi de non-francophones, notamment les anglophones.

Cette demande montre, en miroir, d’une part l’importance accordée en éducation à l’ouverture sur le monde et d’autre part l’intérêt des parcours de scolarisation française pour y répondre.

Il ne s’agit plus, en ce cas, de conserver un acquis en France mais bien d’enrichir le devenir de leurs enfants en leur faisant suivre un parcours scolaire hybride en langue française.

Le CNED proposera, à la rentrée, un module de formation à destination des enseignants de français langue étrangère des alliances dans le monde, afin de leur permettre d’encadrer les enfants de parents non francophones inscrits à la scolarité complémentaire internationale.

 

Permettre à la diversité de continuer à faire société.

 

C’est en partant à l’étranger que l’on devient français, nous fait ironiquement remarquer Philippe Aldon. Auparavant, nous n’avons pas réellement conscience de cette identité en partage avec nos compatriotes.

L’étranger, c’est l’autre. A quitter sa patrie et à devenir l’autre, en lisant cet ailleurs et en écoutant cet autre, on apprend à entendre cet écho de soi en soi.

Le monde devient ainsi moins étrange et plus fascinant. La complexité à l’œuvre invite à plus d'humilité, moins de préjugés ; courage et respect ; on prend conscience d’appartenir, au-delà du pays et de la langue, à une communauté de pensée, de ressenti ; à une communauté de culture.

La mobilité internationale enseigne à vivre l'instant parmi les autres sans être nulle part, un intrus. Pour devenir ce que l’on est, on a besoin de beaucoup de rencontres différentes.

 

Apprendre est le plus vieux métier du monde. En apprenant, on se relie ; on construit les fondements du projet social. Aujourd’hui mobilité et connectivité sont devenues des composantes de ce projet.

Fidèle à son histoire, le CNED continue d’accompagner ceux qui sont en chemin et qui ont le projet d’apprendre, s’attachant à garantir l’accessibilité à la formation. Permettre à la diversité de continuer à faire société est une belle mission, conclut Philippe Aldon.

 

 

Pour aller plus loin :


www.cned.fr/contact