Scolarité anglaise

Ce qui va changer en 2013 dans l'école anglaise

Vous voulez connaitre l'actualité en matière d'éducation pour 2013 ? Voici le programme anglais !

Pour ce printemps

Tout au long du printemps, les enseignants vont préparer l'organisation des examens dans les écoles anglaises. Dans le même temps, des consultations publiques devraient débuter. Elles ont trait à la révision des programmes d'étude de l'école primaire publique. Une version préliminaire a déjà été publiée en 2012. Elle n'a pas été particulièrement bien accueillie par les professionnels de l'éducation et la copie avait donc été revue. Une nouvelle version complète sera publiée plus tard dans l'année, avant que le programme ne soit mis en place dans les écoles en septembre 2014.

On devrait également en savoir plus cette année quant au nouveau programme d'études du secondaire (curriculum). Il devrait être radicalement simplifié. Des fuites sur le sujet ont été également vivement critiquées par les experts, notamment concernant l'enseignement de l'anglais. Le fil conducteur de cette réforme est de donner plus d'autonomie et de liberté aux professeurs dans leurs enseignements, ce qui est apparu de facto pour certains comme un abandon de l'Etat dans sa gouvernance en matière d'éducation.

Ce début d'année verra aussi le débat du budget octroyé à l'Education nationale. Là aussi, des craintes sont au RDV car l'heure est à la réduction des dépenses. Par conséquent, le débat sur l'exercice financier de 2012 à 2014 connaîtra, en avril prochain, des heures de fortes tensions avec déjà aujourd'hui une mobilisation des deux principaux syndicats d'enseignants (NUT et NASUWT) pour des grèves à prévoir durant cette période.

Le gouvernement estime l'actuel système d'attribution des revenus, complexe, opaque, et aléatoire selon les régions, voire les codes postaux. Les ministres souhaitent, à terme, un mode de financement national, ce qui ne peut s'envisager pour le prochain exercice. Pour autant, les académies et les écoles devraient se voir affecter pour 2013 des attributions financières de manière plus simple.

Pendant ce temps encore, les préparations pour le nouveau Ebacc se poursuivront. Le gouvernement devrait choisir un jury d'examen unique pour chacune des matières nouvelles en 2013. Là aussi les critiques ne sont pas légères. Face au gouvernement et à Michael Gove, Secrétaire en charge de l'éducation, se trouvent l'Ofqual (commission de surveillance des examens) ; les syndicats d'enseignants ; experts en évaluation académique et les écoles privées. Tous ont déjà exprimés leurs réserves et sont prêts à livrer bataille ce printemps.

Pour cet été

Les professeurs auront à passer des tests de compétence pour le primaire en littérature et  mathématiques avant de commencer des cours de formation à l'automne. Ce qui est une chance car de nouveaux tests plus difficiles seront mis sur le marché en septembre pour les suivants…

Lorsqu'au début de l'été, les élèves les plus âgés passeront le GCSE, tous les yeux seront tournés sur la correction de l'examen. Les autorités auront fort à faire pour ne pas répéter la controverse liée à la mauvaise gestion de sa correction de l'été dernier. La commission d'examen et Ofqual (Office of qualifications and examinations regulation) feront assurément le nécessaire pour l'éviter mais la bataille pour restaurer la confiance dans le système d'examen peut s'avérer beaucoup plus difficile à long terme.

Pour la rentrée

La participation accrue de la société civile dans des projets éducatifs au Royaume-Uni s'est concrétisée depuis quelques années par l'ouverture des Free School. Cent vingt Free school (c'est énorme !) feront leur 1ère rentrée en septembre 2013 dont 34 situées à Londres.

La rentrée annoncera également la fin de la hausse de la rémunération automatique des salaires des enseignants en fonction de leur expérience. Désormais, le pouvoir discrétionnaire reviendra au responsable d'établissement qui décidera en fonction de ses évaluations annuelles. Là encore, il faudra s'attendre à des mouvements de mécontentements orchestrés par les syndicats d'enseignants.

Plus d'universités pour moins d'étudiants…

Pour la première fois depuis 1992, le Royaume-Uni a lancé en 2012 une vague de création d'universités. Il entend renforcer son offre académique localement ainsi que sur la scène internationale. La Grande-Bretagne comptera bientôt dix nouvelles universités. Une décision rendue possible grâce à la modification par le gouvernement, en juin dernier, des critères nécessaires à l'acquisition de ce statut. Jusqu'à cette date, une université devait compter au minimum 4000 étudiants dans ses rangs, un chiffre qui a été abaissé à 1000 par l'équipe de David Cameron.

Pour autant, depuis que les frais de scolarité ont triplé, le nombre d'inscrits à l'université a chuté de 15 % en Angleterre en 2012 soit près de 15.000 en moins. Les enseignants sont nombreux à mettre en cause les frais de scolarité, qui ont bondi, l'année dernière, de 4000€ à plus de 10.000€ dans la plupart des universités. L'objectif était de compenser la baisse de la contribution du gouvernement, qui passera en 2014 de 4,6 milliards à 2 milliards de livres sterling. La rentrée universitaire verra donc encore baisser le nombre des étudiants au sein des universités britanniques. Autre option, l'université écossaise qui reste encore abordable.

Sources
  • Significant changes on the school-year horizon.
    Want to know more about what to expect in 2013?
    Kerra Maddern, TES magazine, 4 January, 2013.
     
  • Unions prepare for national strike
    NUT and NASUWT set to discuss 'necessity' for action in spring
    Stephen Exley, TES magazine, 4 January 2013.
D'autres articles sur le sujet

 

Education

 

Additional Information

En bref