Etudes supérieures

Comment optimiser son inscription dans une université américaine?

 

Hall 17 étapes et conseils pour les étudiants étrangers

 

 

Vous connaissez l'importance des moyens et subventions de recherche venant d'entreprises ou d'anciens étudiants... 

 

Vous avez entendu parler de ces professeurs passionnants et de leurs liens étroits avec l'Industrie. Ne parlons même pas de ces magnifiques campus mis en valeur sur grand écran.

 

Vous songez donc à faire vos études aux Etats-Unis depuis un moment. Voici les sept étapes qui vous aideront à démarrer.

 

1. Recherchez les universités et évaluez le degré d'aide extérieure dont vous aurez besoin.

 

Les Etats-Unis comptent environ 2 200 universités avec un cursus de 4 ans (écoles, collèges et universités sont des termes utilisés indifféremment aux Etats-Unis) et quelques 1700 autres universités de quartier et écoles spécialisées avec un cursus de deux ans.

 

Vous trouverez des informations sur les universités américaines à partir de :

 

- Manuels et guides comme College Board, Princeton Review etc...

- Sites Internet des Universités,

- Amis,

- Conseillers d'orientation scolaire (School Careers Adviser au Royaume-Uni, College Counselor aux Etats-Unis),

- Conseillers d'orientation indépendants (Etats-Unis et Royaume-Uni).

 

Ces derniers sont privés et les frais varient considérablement. Méfiez-vous des conseillers qui prétendent pouvoir vous faire rentrer.

 

2. Entamez un dialogue avec vos professeurs, conseillers scolaires (au Royaume-Uni, cela peut-être un tuteur ; en France, le professeur principal) et autres adultes qui pourraient écrire une lettre de recommandation (ex professeurs de musique, entraineurs sportifs).

 

Le plus tôt vous commencez, le mieux ce sera.

 

Choisissez les 2-3 personnes de référence qui seront le plus susceptibles de dire des choses positives sur vous (pas aussi évident qu'il n'y paraît !), de préférence sur des matières différentes (ex Mathématiques et Anglais).

 

Ces recommandations peuvent être aussi importantes que d'autres éléments de votre dossier d'application.

 

Confirmez que votre référence est consciente que les styles de recommandations américaines et européennes sont différents et qu'il/elle est favorable à utiliser le style américain.

 

3. Préparez-vous à passer une série d'examens standards (SAT ou ACT + SAT Subject Tests + TOEFL/IELTS), de préférence au printemps de votre avant-dernière année avant graduation (Year 12 au UK, année de Première en France).

 

- SAT ou ACT : la plupart des universités exigeront de vous des résultats à un test standard. Le SAT est le plus connu mais la plupart des établissements acceptent également le ACT.

- SAT Subject Test : beaucoup d'universités compétitives vous demanderont aussi de passer l'examen du SAT dans vos 2-3 matières les plus fortes.

- TOEFL ou IELTS : si votre langue d'enseignement n'est pas l'anglais, vous êtes obligé de passer le TOEFL ou l'IELTS. Aux Etats-Unis, le TOEFL est le plus populaire.

 

4. Ouvrez un compte pour une Common Application (Common App), le portail d'application de nombreuses universités américaines.

 

Contrairement au portail UCAS au Royaume-Uni, le Common App vous permet d'appliquer dans autant d'établissements que vous le souhaitez, en gardant à l'esprit qu'il y a des frais pour chacun d'eux.

 

Au fur et à mesure que vous listerez les universités, vous serez familiarisés avec les conditions d'application et dates limites spécifiques à chacune d'entre elles.

 

Pour les universités qui n'utilisent pas le Common App (ex UCs Berkeley, UCLA, Georgetown University, MIT), vous devrez appliquer directement sur leur portail indépendant.

 

5. Renseignez-vous sur la façon dont votre école enverra la transcription de vos relevés de notes / bulletins des quatre dernières années scolaires , par exemple High School (US), GCSE & A-level years (UK), 3ème-Terminale (France).

 

Pour les universités américaines, vous n'êtes pas obligé de savoir au moment de votre application quelle matière principale (major) vous allez étudier.

 

Associez votre critère académique à d'autres aspects comme le Sport (Athletics aux Etats-Unis), le style de vie étudiante, l'aide financière et les bourses scolaires.

 

Athletics a son propre site internet et processus de recrutement. Si vous souhaitez pratiquer votre sport de compétition à l'université, il est fortement recommandé de faire appel à un Conseiller sauf si vous êtes familiarisé avec les procédures de recrutement de la NCAA.

 

6. Rédigez, relisez et corrigez vos dissertations. Demandez l'avis de quelqu'un en qui vous avez confiance.

 

Vos essais peuvent peser autant que les autres parties de votre dossier d'application.

 

7. Calculez et comparez les coûts entre établissements.

 

Le coût élevé d'une université est une réalité et les aides financières sont plus facilement accessibles aux étudiants américains. Cependant, il y a des bourses et des concours qui sont disponibles pour les étudiants étrangers.

 

Consultez le US-UK Fulbright Commission pour commencer.

 

Parlez-en à votre conseiller d'orientation ou un conseiller indépendant.

 

Les Universités américaines ont tendance à procurer un package complet qui comprend les frais de scolarité, d'hébergement et de repas. Les prix sont variables et flexibles. Vérifiez auprès des universités ou de votre conseiller d'orientation.

 

Haru Yamada
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.hyeducation.info
13 October 2014

Traduction : Elisabeth Fontanille

 

 

Projet d'avenir

 

Additional Information

En bref

  • The most expensive university MBAs in the UK 2015

    Cliquer sur le lien :

    The most expensive university MBAs in the UK 2015

     

    Classement in Times Higher Education, Août 2015

     
  • Rapprochement entre Paris Dauphine et six IEP

    Rapprochement entre Paris Dauphine et six IEP

    L'université Paris Dauphine vient de signer un accord de partenariat en formation et recherche avec les IEP d'Aix, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse. Les représentants de Paris-Dauphine et des IEP (Instituts d'études politiques) d'Aix, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse ont signé le 19 juin 2013 à Toulouse un accord de coopération en matière de formation et de recherche.

    Cette convention cadre s'accompagnera, dans les prochaines semaines, de conventions bilatérales entre l'établissement parisien et chacun des six IEP, l'accord étant décliné en fonction des spécialités de chaque institut.

    Avec pour objectif une application de l'accord à la rentrée 2014."Il s'agit d'une triple ouverture : géographique, disciplinaire et institutionnelle, indique Laurent Batsch, le président de Paris Dauphine. Des étudiants d'IEP qui ne s'étaient pas posé la question de venir étudier à Paris vont pouvoir l'envisager".


    Source : Mathieu Oui, L'Etudiant/educpros.fr, 20.06.2013

     

     
  • Ecole de commerce. Emprunt étudiant

    FR. Ecole de commerce. Emprunt étudiant 

    L'endettement des étudiants français concerne plus d'un jeune sur six en école de commerce …. En effet, les établissements les plus prestigieux n'hésitent pas à facturer l'année d'étude de 10 000 à 15 000 euros par an. Pour tenir leur rang dans une compétition internationale impitoyable, les écoles investissent. " Et comme l'Etat ne nous soutient pas, constate Pierre Tapie, président de la Conférence des grandes écoles et directeur général de l'Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec), il faut bien que les étudiants participent. " Et certains s'endettent. Selon Mr Tapie : " A l'Essec, la scolarité coûte 40 000 euros à l'étudiant. Mais il perçoit en retour, à travers des stages notamment, quelque 24 000 euros. La charge nette est donc de 16 000 euros. Si, pour l'assumer, il emprunte, le prêt correspondra à ses cinq premiers mois de salaire en moyenne... C'est donc très raisonnable. ".

     

    Les banques ne s'y trompent d'ailleurs pas, qui misent sur le prêt étudiant, outil efficace de fidélisation : 60 % des étudiants ont un compte dans le même établissement que leurs parents. Les Caisses d'épargne, par exemple, ont des objectifs ambitieux : doubler le nombre de crédits accordés en 2013, soit 30 000, contre 15 000 l'année précédente.

    Compte tenu des caractéristiques sociologiques de la France, l'essor attendu n'est pas assuré. Le prêt avec garantie d'Etat, par la banque publique Oséo, lancé par Valérie Pécresse en 2008, n'a pas répondu aux attentes de ses promoteurs. Cinq ans plus tard, le système fonctionne à petite vitesse : 40 000 prêts ont été signés au total (pour un montant moyen de 8 000 euros). L'objectif était de 60 000 crédits par an.

    Source: Benoît Floc'h, Maxence Kagni et Isabelle Rey-Lefebvre, Le Monde universités & Entreprises, 16.05.2013, p.9.

     

     
  • Etudes Britanniques à l’étranger

    Etudes Britanniques à l’étranger 

    Transnational education ‘brain drain’ warning. A study into transnational education has found that it can help train students to fill skills gaps in host countries, but also warned that it can contribute to a brain drain and has not led to enhanced research. Transnational education – which includes ventures such as branch campuses, joint degrees and the validation of overseas courses - has been promoted by the universities and science minister

    David Willetts. UK universities had established 25 branch campuses by 2012, according to the Observatory on Borderless Higher Education, in countries including China, the United Arab Emirates, India and Malaysia. In 2010-11 there were 291,595 students studying overseas on programmes validated by UK institutions. But so far there has been “little national data” produced on whether such ventures benefit host countries economically or whether the quality of higher education is boosted, according to the pilot British Council study, released today.

    Davie Matthews, Times higher educational, (THE), 14 May 2013 

     

     

     
  • Un étudiant coûte en moyenne 11.630 euros par an à l’État français

    Un étudiant coûte en moyenne 11.630 euros par an à l’État français

     

    FR. Coûts des universités. Un étudiant coûte en moyenne 11.630 euros par an à l’État. Les élèves des classes prépas sont ceux qui coûtent le plus cher. Plus d’un jeune sur deux accède à l’Enseignement supérieur, et 650.000 d’entre eux bénéficient d’une bourse. Le rapport sur «L’état de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France» vient d’être publié début mai par le gouvernement. Un secteur qui pèse 28 milliards d’euros en 2011. 2.347.800 étudiants étaient inscrits dans l’enseignement supérieur cette année-là, un nombre qui «n’a jamais été aussi important.

    À 11.630 euros, la dépense annuelle moyenne par étudiant baisse légèrement par rapport à l’an passé , l’hexagone se classant dans la moyenne des pays de l’OCDE. La France reste néanmoins loin des États-Unis, champions en la matière avec plus de 22.000 euros dépensés par étudiant. Une générosité qui trouve peut-être son explication dans l’origine des fonds. Alors que l’argent public représente plus de 80 % des financements en France ou en Allemagne, les pays anglo-saxons n’hésitent pas à recourir massivement à l’argent privé: près de 55 % du total en Australie, 61 % aux États-Unis et 70 % au Royaume-Uni. Source : Quentin Blanc, Le Monde, 3.05.2013