Etudes supérieures

Le personal statement

DSCN1579La recette pour écrire un bon personal statement.

 

L'écriture de la lettre de motivation ou personal statement est un exercice difficile mais très enrichissant pour l'élève de terminale pour au moins deux raisons.

 

La première est que l'élève français n'a jamais été vraiment encouragé à parler de lui lors de sa scolarité et que c'est justement le but de cet exercice. La deuxième est qu'il ne sait pas toujours quoi étudier or sans cela, il lui est impossible de se lancer dans la rédaction.

 

En effet, le personal statement est l'outil marketing qui va permettre au futur étudiant de se vendre pour une formation donnée et précise (les études d'économie ne sont pas des études de business par exemple).

 

Il devra donc mettre en avant ses compétences, ses centres d'intérêt et sa motivation pour trouver preneur.

 

Comment démarrer et quelle est la structure à suivre pour convaincre ?

 

Tout d'abord postuler pour un sujet précis qui sera proposé par les cinq universités que le futur étudiant aura choisi. Même si les intitulés diffèrent, le contenu des cinq cursus devra revêtir de grandes similarités pour convaincre les recruteurs.En effet, l'élève va devoir démontrer sa motivation en trois volets.

 

Après une introduction structurée où il exposera pourquoi il a choisi ce cours, il va devoir mettre en avant ce qu'il a accompli à ce jour pour enrichir son cursus et se préparer à ses futures études. Puis, il va se concentrer sur ses performances académiques (matières étudiées en cours et intérêt pour celles-ci) et enchaîner avec ses centres d'intérêts, activités et sports avant de conclure.

 

Le personal statement devra reposer pour 75% sur des données académiques et 25% sur les centres d'intérêt et activités.

 

Toutefois, la proportion peut changer dans le cas de choix d'études plus pratiques où l'expérience (comme les stages) est importante. L'ordre des parties n'est pas forcément à respecter mais tous ces aspects de la personnalité de l'élève sont à mettre en avant.

 

Pour qu'un personal statement soit convaincant, il faut qu'il soit étayé d'exemples. Chaque affirmation doit être illustrée et démontrer l'enrichissement personnel de l'élève. Les lieux communs du type « From a young age I have always been interested in ... » relevés 309 fois par l'université d'Aston une année, sont à proscrire.

 

Pas de plagiat non plus même si les exemples proposés sur le site de http://www.thestudentroom.co.uk/ méritent d'être étudiés pour se donner un peu d'inspiration. Ne rien inventer car toute crédibilité serait perdue lors d'un entretien de motivation.

 

Il est utile de rappeler que l'orthographe et la syntaxe doivent être soignés, que la lettre doit se lire agréablement grâce au fil conducteur qui va mener le lecteur de l'introduction à la conclusion le plus naturellement possible. L'idéal est donc de laisser deviner ses qualités à travers des exemples choisis plutôt que de faire une liste d'accomplissements qui va finir par ennuyer le lecteur.

 

L'authenticité du candidat est également très importante. L'enthousiasme doit être manifeste ainsi que l'envie d'étudier le sujet choisi.

 

Quels sont les outils pour construire son personal statement ?

 

Les outils sont nombreux et variés. Les plus accessibles sont ceux proposés sur le site Ucas* : vidéos, mind map (cartes heuristiques), trames pour se lancer dans l'écriture sont des aides efficaces. Elles ne seront pas de trop pour gagner du temps sachant qu'il faudra multiplier les tentatives en faisant des brouillons successifs et que le temps pour écrire un personal statement est d'environ une quinzaine d'heures.

 

Pour compléter la boîte à outils les ouvrages spécialisés ne manquent pas (exemple : How to write a Ucas personal statement de Paul Telfer) ainsi que les conseils sur les sites des universités (voir par exemple les conseils sur le site de l'université d'Oxford ou de UCL) ou sur Which university : http://university.which.co.uk/advice/10-things-to-put-in-your-personal-statement.

 

En termes de longueur, la règle est simple : 4000 caractères et 47 lignes maximum. Attention, de bien vérifier que le nombre de lignes n'est pas dépassé lorsque le personal statement sera « collé » dans l'emplacement Ucas réservé à cet effet. S'il est trop long, les lignes de la fin seront supprimées et la cohérence de l'ensemble sera ébranlée.

 

Vous l'avez compris, le personal statement doit être le reflet de la personnalité du candidat qui devra démontrer ses compétences et sa motivation pour un cursus donné. Bien que chronophage, c'est un exercice qui facilitera l'écriture de toutes les lettres de motivations ultérieures pour d'autres formations. Du temps gagné finalement !

 

*UCAS : Universities and Colleges Admissions Service

 

Cécile Masek

09 octobre 2014
Conseillère d'orientation à Londres/ Membre du Career Guidance Institute
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Projet d'avenir

 

Additional Information

En bref

  • The most expensive university MBAs in the UK 2015

    Cliquer sur le lien :

    The most expensive university MBAs in the UK 2015

     

    Classement in Times Higher Education, Août 2015

     
  • 2015: La recherche française en bonne position

     

    2015: La recherche française en bonne position

     

    Selon le dernier rapport 2015 de Thomson Reuters qui permet d’évaluer les résultats en recherches et innovation des différents pays du G20 et leur évolution de 2003 à 20012, la Chine pèse désormais pour 14% du total des publications, les Etats Unis ont perdu 5% de poids dans la production mondiale (de 33% à 27.8%) et l’Europe affiche une même décroissance mais de moindre importance, avec une diminution de 3% (38.5 à 35%).

    La France en Europe arrive à tirer sa carte du jeu. En dix ans, le nombre de publications françaises a augmenté de 28% (51000 à 65000 par an) ! Certes sa part mondiale a régressée avec l’arrivée de la Chine, la Corée du Sud et l’Inde de plus en plus présentes, mais la France fait mieux que la GB en déclin, que l’Allemagne et surtout que le Japon dont l’effondrement lui permet de garder la 5ème place.

     

    Avenue des Ecoles, Avril 2015

     

     
  • Rapprochement entre Paris Dauphine et six IEP

    Rapprochement entre Paris Dauphine et six IEP

    L'université Paris Dauphine vient de signer un accord de partenariat en formation et recherche avec les IEP d'Aix, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse. Les représentants de Paris-Dauphine et des IEP (Instituts d'études politiques) d'Aix, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse ont signé le 19 juin 2013 à Toulouse un accord de coopération en matière de formation et de recherche.

    Cette convention cadre s'accompagnera, dans les prochaines semaines, de conventions bilatérales entre l'établissement parisien et chacun des six IEP, l'accord étant décliné en fonction des spécialités de chaque institut.

    Avec pour objectif une application de l'accord à la rentrée 2014."Il s'agit d'une triple ouverture : géographique, disciplinaire et institutionnelle, indique Laurent Batsch, le président de Paris Dauphine. Des étudiants d'IEP qui ne s'étaient pas posé la question de venir étudier à Paris vont pouvoir l'envisager".


    Source : Mathieu Oui, L'Etudiant/educpros.fr, 20.06.2013

     

     
  • Ecole de commerce. Emprunt étudiant

    FR. Ecole de commerce. Emprunt étudiant 

    L'endettement des étudiants français concerne plus d'un jeune sur six en école de commerce …. En effet, les établissements les plus prestigieux n'hésitent pas à facturer l'année d'étude de 10 000 à 15 000 euros par an. Pour tenir leur rang dans une compétition internationale impitoyable, les écoles investissent. " Et comme l'Etat ne nous soutient pas, constate Pierre Tapie, président de la Conférence des grandes écoles et directeur général de l'Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec), il faut bien que les étudiants participent. " Et certains s'endettent. Selon Mr Tapie : " A l'Essec, la scolarité coûte 40 000 euros à l'étudiant. Mais il perçoit en retour, à travers des stages notamment, quelque 24 000 euros. La charge nette est donc de 16 000 euros. Si, pour l'assumer, il emprunte, le prêt correspondra à ses cinq premiers mois de salaire en moyenne... C'est donc très raisonnable. ".

     

    Les banques ne s'y trompent d'ailleurs pas, qui misent sur le prêt étudiant, outil efficace de fidélisation : 60 % des étudiants ont un compte dans le même établissement que leurs parents. Les Caisses d'épargne, par exemple, ont des objectifs ambitieux : doubler le nombre de crédits accordés en 2013, soit 30 000, contre 15 000 l'année précédente.

    Compte tenu des caractéristiques sociologiques de la France, l'essor attendu n'est pas assuré. Le prêt avec garantie d'Etat, par la banque publique Oséo, lancé par Valérie Pécresse en 2008, n'a pas répondu aux attentes de ses promoteurs. Cinq ans plus tard, le système fonctionne à petite vitesse : 40 000 prêts ont été signés au total (pour un montant moyen de 8 000 euros). L'objectif était de 60 000 crédits par an.

    Source: Benoît Floc'h, Maxence Kagni et Isabelle Rey-Lefebvre, Le Monde universités & Entreprises, 16.05.2013, p.9.

     

     
  • Etudes Britanniques à l’étranger

    Etudes Britanniques à l’étranger 

    Transnational education ‘brain drain’ warning. A study into transnational education has found that it can help train students to fill skills gaps in host countries, but also warned that it can contribute to a brain drain and has not led to enhanced research. Transnational education – which includes ventures such as branch campuses, joint degrees and the validation of overseas courses - has been promoted by the universities and science minister

    David Willetts. UK universities had established 25 branch campuses by 2012, according to the Observatory on Borderless Higher Education, in countries including China, the United Arab Emirates, India and Malaysia. In 2010-11 there were 291,595 students studying overseas on programmes validated by UK institutions. But so far there has been “little national data” produced on whether such ventures benefit host countries economically or whether the quality of higher education is boosted, according to the pilot British Council study, released today.

    Davie Matthews, Times higher educational, (THE), 14 May 2013