Scolarité française

Ecoles françaises à l’étranger : comment ça marche ?

Etablissements scolaires en gestion directe, écoles homologuées, écoles sous contrat, ou conventionnées… Comment s'y retrouver ? Vous trouverez ici l'information sur le système scolaire qui accueille vos enfants à Londres.

LES ECOLES FRANCAISES A L'ETRANGER

Pour être reconnu par l'Etat, les établissements scolaires français établis à l'étranger doivent faire une demande d'homologation auprès des autorités françaises.

Cette homologation une fois obtenue va attester de leur conformité aux programmes, aux objectifs pédagogiques et aux règles d'organisation applicables en France aux établissements de l'enseignement public.

Des inspecteurs du ministère de l'Éducation nationale visitent régulièrement les établissements et examinent la conformité à ces critères pour les différents niveaux d'enseignement.

Deux statuts ici doivent être distingués :

  • les établissements gérés directement par l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE)(a)
  • les établissements de droit privé (b)

(a) Les établissements gérés directement par l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE)

La plupart des établissements homologués par l'Éducation nationale sont gérés à Londres par une structure spécifique, l'AEFE (Agence pour l'enseignement français à l'étranger) établissement public placé sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères. Le directeur de l'Agence étant ordonnateur principal de leur budget, ces établissements ne bénéficient pas du statut d'établissement public local d'enseignement (EPLE) et n'ont pas de conseil d'administration propre.

(b) Les établissements de droit privé

La majorité des établissements scolaires français à l'étranger sont de statut privé. Ils sont gérés, soit par des fondations de droit local à but non lucratif, soit par des associations de droit français, telle la Mission laïque française (MLF), ou de droit étranger. Certains de ces établissements ont passé une convention avec l'AEFE ; les autres sont simplement homologués et n'ont pas d'autre lien avec les pouvoirs publics français.

ECOLES HOMOLOGUEES A L'ETRANGER

Les établissements homologués respectent donc les programmes applicables dans les établissements d'enseignement public français. Ils préparent aux mêmes examens et diplômes que ces derniers. Enfin, l'homologation de ces établissements permet aux élèves français qui y sont scolarisés d'être éligibles aux bourses scolaires.

Cette homologation n'est pas acquise à titre définitif. Un arrêté annuel fixe la liste des établissements homologués et les établissements concernés doivent régulièrement se soumettre à une procédure de vérification du respect des critères cités. C'est l'AEFE qui est « en charge de l'accompagnement de l'instruction des dossiers d'homologation et du suivi de cette homologation. ».

(1) Fonctionnement de ces établissements

Les ressources des établissements scolaires français à l'étranger proviennent des droits de scolarité acquittés par les familles. L'AEFE prend en charge les salaires des enseignements et personnels administratifs, et des subventions pédagogiques, d'équipement ou d'investissement.

En moyenne, dans les établissements en gestion directe et conventionnés à l'étranger, « le financement est assuré à hauteur de 40 % par l'AEFE, de 58 % par les droits de scolarité, et de 2 % par les subventions accordées par les autorités éducatives locales ».

(2) Fonctionnement administratif de ces établissements

En dehors des établissements gérés directement par l'AEFE, les établissements sont administrés par un conseil ou un comité de gestion, de droit privé local. Les établissements conventionnés sont tenus de soumettre à l'accord de l'AEFE les mesures concernant les structures de l'établissement, leur projet de budget et leur compte financier.

(3) A Londres, aujourd'hui et jusqu'à nouvelle ordre, plus aucun établissement scolaire primaire ne peut prétendre à la procédure d'homologation en raison de l'insuffisance de places dans les établissements secondaires existants dans la capitale.

Sources
Pour aller plus loin

Education

 

Additional Information

En bref

  • L'école Les petites étoiles a reçu un "Outstanding" par l'Ofsted en janvier 2017

    L'école Les petites étoiles a reçu un "Outstanding" par l'Ofsted en janvier 2017

     
  • Avenue des Ecoles/Be-Konnect invité à la conférence de rentrée de Londres Accueil

    Le 3 octobre dernier, s'est tenue à Londres, sous l'égide de Londres Accueil, une conférence sur le thème de "Bien vivre à Londres"

     
  • Inscriptions aux Independent schools show London 2015

    Inscriptions aux Independent schools show London 2015

    Quand ? Les 14 et 15 novembre prochains.

    Où? Battersea Evolution, Battersea Park, London, SW11 4NJ

    C’est gratuit si vous vous enregistrez en ligne !

    « As the UK’s largest school open day, the Independent Schools Show annually welcomes 200 of the leading schools to Battersea Park. Join us at this informative and dynamic event to meet key admissions teams; speak with heads; enquire about entry requirements at all stages; explore scholarships and bursaries”.

     Source : http://www.schoolsshow.co.uk/

     

     
  • Le secteur privé anglais reste le plus performant en 2015

    Le secteur privé anglais reste le plus performant en 2015

    La grande majorité desmeilleures résultats du GCSE en 2015 au sein du secteur public provient des 164 écoles Grammar Schools ce qui est le cas depuis des décennies, et non comme voudraient le dire acteurs par les réformes entreprises par le gouvernement vers les académies. A noter également, que les écoles privées secondaires ont pour 50% d’entre elles obtenu  A *ou grades A au A-level soit près du double de la moyenne nationale.

    Source: “The triumph of the state sector has been exaggerated “, The independent, 31 août 2015

     

     
  • Les nouveautés de cette rentrée 2015 : EMC et Orientation

    Les nouveautés de cette rentrée 2015 : EMC et Orientation

    Un enseignement moral et civique (EMC)

    Du CP à la terminale, tous les élèves bénéficieront d’un enseignement moral et civique (EMC) à partir de septembre.

    Cette nouvelle matière, voulue par l'ancien ministre de l'Education, Vincent Peillon, remplace les traditionnels cours d'éducation civique. Elle sera dispensée par les instituteurs en primaire, à raison d'une heure par semaine, et par les professeurs d'histoire, au collège et au lycée, une heure tous les quinze jours.

    Son contenu : expliciter des notions comme la justice, la dignité, l’égalité ou la solidarité, mais aussi aider les élèves à reconnaître et accepter le pluralisme des opinions. Une éducation aux médias et à l’information est également encouragée.

    Fait nouveau, cette matière devrait figurer parmi les épreuves du nouveau brevet des collèges, prévu pour l'année prochaine. Le programme sera désormais le même pour tous les élèves dans le secondaire, quels que soient leur filière ou leur bac, général, technologique ou professionnel.

    A ces cours s'ajouteront cette année les interventions en classe sur les thèmes « des valeurs républicaines » de bénévoles issus du monde associatif ou de la société civile, inscrits dans la « réserve citoyenne de l'Education nationale » créée à la suite des attentats de janvier 2015.

    L’orientation : un concept au service des élèves

    Dès la sixième, un « parcours Avenir », ou « parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel » sera généralisé dès cette rentrée. L’objectif est d’aider les jeunes à se familiariser avec les acteurs économiques et le monde du travail, afin de mieux bâtir leur projet d’orientation.

    Un parcours d’éducation artistique et culturelle doit voir le jour et permettre ici plus largement en France de favoriser l’accès à l’art pour tous les élèves et de cultiver leur sensibilité. Là encore cet aspect très présent dans les écoles anglaises gagnerait à être réellement encouragé dans les écoles françaises dès le plus jeune âge.