Scolarité anglaise

A l’avenir, pas d’examen à l’école

DSCN1581Le sommet international, Equinox 2030, expose un projet radical pour l'éducation. Avenuedesecoles vous propose une traduction d'un article paru le 18 octobre 2013 sur TES.co.uk.

Selon un panel de réformateurs internationaux de l'éducation, toutes les écoles à travers le monde devraient abandonner les notes et les examens classiques afin de s'adapter aux jeunes gens des générations futures.

Ce ne sont que deux propositions radicales parmi un grand nombre de recommandations émises la semaine dernière lors d'une conférence mondiale sur l'éducation, où se sont réunis, venant de six continents, les intellectuels, universitaires, et pédagogues de demain.

Le sommet Equinox : learning 2030 a pour but de construire le plan de l'école future, son apparence et son fonctionnement en 2030, lorsque les enfants nés aujourd'hui obtiendront leurs diplômes de fin d'études secondaires.
Les experts du sommet, accueillis par l'Université de Waterloo en Ontario au Canada, ont conclu que, dans moins de vingt ans, « il ne sera d'aucune utilité de connaitre des faits ». Cela signifie que les écoles devront abandonner les examens traditionnels et les notes au profit d' « évaluations qualitatives ». Cela permettrait de mesurer la capacité globale de l'étudiant plutôt que ses connaissances dans un domaine particulier.

Selon le plan, « ces évaluations sont déterminées en collaboration avec l'étudiant et des professeurs, d'autres étudiants, des parents, ou parfois, des conseillers extérieurs à l'école. Des évaluations personnalisées régulières, voire journalières, font partie de la méthode d'apprentissage de l'étudiant, bien qu'une attention spéciale puisse être donnée à une étape importante comme la réalisation d'un grand projet. » De plus, toujours selon le plan, on devrait abandonner le principe de la poursuite des études basée sur l'âge de l'élève.

Le sommet a attiré, entre autres, Guy Claxton, le gourou de la pensée créative, et Greg Butler, ancien responsable de l'éducation internationale chez Microsoft, ainsi que des universitaires de l'Institut de Technologie du Massachussetts (MIT, Massachussets Institute of Technology), de l'université Arizona State aux Etats-Unis, de l'université Australia National et de l'université d'Helsinki en Finlande.
Le résultat de ce sommet fut un cri d'appel pour une refonte totale du système scolaire, afin de s'affranchir de ce dispositif, décrit comme « vieillot », adapté au 19ème siècle.
Les thèmes de la conférence étaient en conflit avec les programmes d'éducation aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, où les connaissances de fond et les méthodes traditionnelles sont de plus en plus accentuées. Mais cette nouvelle vision commence à apparaitre doucement. En effet, certains pays ont modifié leurs programmes scolaires, comme Singapour, état prospère, qui transforme son système d'éducation traditionnelle en une méthode basée sur le développement holistique de l'enfant.

Le professeur Guy Claxton, directeur de recherche au Centre for Real-World Learning et professeur de sciences éducatives à l'université de Winchester, a déclaré que ce sommet de cinq jours a produit quelques idées « radicales ». Mais il a réfuté l'idée que ce projet pourrait être vu comme une « régression libérale type années 70», ajoutant que de tels messages étaient nécessaires pour contrebalancer les tendances internationales actuelles.
Le professeur a affirmé : « Nous ne voulons pas que l'outil qu'est l'évaluation commande le système éducatif. Nous avons besoin d'un type d'évaluation qui aide l'étudiant dans sa scolarité au lieu de l'en éliminer. De plus, nous devons prendre en considération les compétences dont le jeune adulte aura vraiment besoin plus tard. A la question « tous les enfants auront-il besoin de savoir calculer ? » La réponse est peut être non. Mais ils devront peut-être savoir comment marche un ordinateur ou comment programmer. »

Monsieur Butler, qui a créé l'organisation entreprise sociale Collaborative Impact après avoir quitté Microsoft, a proclamé qu'il était temps de repenser complètement le fonctionnement de l'école.
Il s'interroge : « Nous partons du principe que 30 étudiants d'une même classe avec un professeur et quatre murs est idéal. Mais que se passerait-il si nous rejetions ce modèle? Le système actuel par niveaux et par âge a des défauts. Les étudiants doivent évoluer dans l'école secondaire, non pas en fonction de leur âge mais selon le niveau qu'ils ont. »
Jennifer Groff, chercheur diplômée au MIT et vice-présidente du Learning & Program Development au Learning Games Network, a déclaré que les idées suggérées étaient déjà mises en place dans des écoles « innovantes » tout autour du monde. « Cela fait des dizaines d'années que l'on bricole et on ajuste mais on a toujours le même système, dit-elle, Si l'on veut un résultat différent, il faut repenser tous les domaines du système et les recréer. »

Mais selon Dylan William, professeur émérite à l'institut de l'éducation de l'université de Londres (University of London's Institute of Education), il y a très peu de chance que les systèmes d'éducation puissent influencer les méthodes d'enseignement actuelles. « On annonce régulièrement, depuis des dizaines d'années, la fin de la classe traditionnelle et cependant elle dure, dit-il, je pense que la classe traditionnelle va persister encore des années. »
« Les contrôles et les examens permettent de vérifier si nous pouvons ressortir ce que nous avons appris. Mais ce qui n'est pas logique est que nous utilisons des tests de piètre qualité pour prendre des décisions très importantes pour les personnes. Nous devons absolument arrêter d'utiliser les contrôles comme un moyen, à la fois, de contrôler ce que savent les étudiants, mais aussi, d'inspecter les écoles et les professeurs. ».

 

Traduction faite par Armelle Drouffe pour Avenudesecoles.com

 

Source :
Richard Vaughan, Pedagogy - Scrap exams to create schools of the future, TES.co.uk, 18 octobre 2013

 

 

Education

 

Additional Information

En bref

  • L'école Les petites étoiles a reçu un "Outstanding" par l'Ofsted en janvier 2017

    L'école Les petites étoiles a reçu un "Outstanding" par l'Ofsted en janvier 2017

     
  • Avenue des Ecoles/Be-Konnect invité à la conférence de rentrée de Londres Accueil

    Le 3 octobre dernier, s'est tenue à Londres, sous l'égide de Londres Accueil, une conférence sur le thème de "Bien vivre à Londres"

     
  • Inscriptions aux Independent schools show London 2015

    Inscriptions aux Independent schools show London 2015

    Quand ? Les 14 et 15 novembre prochains.

    Où? Battersea Evolution, Battersea Park, London, SW11 4NJ

    C’est gratuit si vous vous enregistrez en ligne !

    « As the UK’s largest school open day, the Independent Schools Show annually welcomes 200 of the leading schools to Battersea Park. Join us at this informative and dynamic event to meet key admissions teams; speak with heads; enquire about entry requirements at all stages; explore scholarships and bursaries”.

     Source : http://www.schoolsshow.co.uk/

     

     
  • Le secteur privé anglais reste le plus performant en 2015

    Le secteur privé anglais reste le plus performant en 2015

    La grande majorité desmeilleures résultats du GCSE en 2015 au sein du secteur public provient des 164 écoles Grammar Schools ce qui est le cas depuis des décennies, et non comme voudraient le dire acteurs par les réformes entreprises par le gouvernement vers les académies. A noter également, que les écoles privées secondaires ont pour 50% d’entre elles obtenu  A *ou grades A au A-level soit près du double de la moyenne nationale.

    Source: “The triumph of the state sector has been exaggerated “, The independent, 31 août 2015

     

     
  • Les nouveautés de cette rentrée 2015 : EMC et Orientation

    Les nouveautés de cette rentrée 2015 : EMC et Orientation

    Un enseignement moral et civique (EMC)

    Du CP à la terminale, tous les élèves bénéficieront d’un enseignement moral et civique (EMC) à partir de septembre.

    Cette nouvelle matière, voulue par l'ancien ministre de l'Education, Vincent Peillon, remplace les traditionnels cours d'éducation civique. Elle sera dispensée par les instituteurs en primaire, à raison d'une heure par semaine, et par les professeurs d'histoire, au collège et au lycée, une heure tous les quinze jours.

    Son contenu : expliciter des notions comme la justice, la dignité, l’égalité ou la solidarité, mais aussi aider les élèves à reconnaître et accepter le pluralisme des opinions. Une éducation aux médias et à l’information est également encouragée.

    Fait nouveau, cette matière devrait figurer parmi les épreuves du nouveau brevet des collèges, prévu pour l'année prochaine. Le programme sera désormais le même pour tous les élèves dans le secondaire, quels que soient leur filière ou leur bac, général, technologique ou professionnel.

    A ces cours s'ajouteront cette année les interventions en classe sur les thèmes « des valeurs républicaines » de bénévoles issus du monde associatif ou de la société civile, inscrits dans la « réserve citoyenne de l'Education nationale » créée à la suite des attentats de janvier 2015.

    L’orientation : un concept au service des élèves

    Dès la sixième, un « parcours Avenir », ou « parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel » sera généralisé dès cette rentrée. L’objectif est d’aider les jeunes à se familiariser avec les acteurs économiques et le monde du travail, afin de mieux bâtir leur projet d’orientation.

    Un parcours d’éducation artistique et culturelle doit voir le jour et permettre ici plus largement en France de favoriser l’accès à l’art pour tous les élèves et de cultiver leur sensibilité. Là encore cet aspect très présent dans les écoles anglaises gagnerait à être réellement encouragé dans les écoles françaises dès le plus jeune âge.