Bilinguisme

Qu'est-ce que le IB ?

photo 27-001Ce que l'on appelle communément le IB n'est autre que l'International Baccalaureat. Mais il faut savoir que le IB est beaucoup plus qu'un simple type de diplôme de fin d'études.

Le IB est né d'une fondation éducative sans but lucratif fondée à Genève en 1968. Celle-ci a pour mission première de développer chez les jeunes la curiosité intellectuelle, les connaissances et la culture nécessaires pour contribuer à bâtir un monde meilleur et plus paisible, dans un esprit d'entente mutuelle et de respect interculturel.

Le IB est accessible à des élèves francophones, anglophones ou hispanophones de 3 à 19 ans, répartis comme suit : le primaire, le premier cycle du secondaire, le diplôme de fin d'études et enfin un certificat d'apprentissage à orientation professionnelle. Lorsque l'on dit qu'un élève passe le IB, il s'agit donc d'un abus de langage, puisque le IB est beaucoup plus vaste que le diplôme du même nom. Mais pour des raisons pratiques, nous conserverons cette appellation tout au long de cette présentation.

Le programme du diplôme de l'IB s'adresse à des jeunes de 16 à 19 ans. Rigoureux et équilibré, il est sanctionné par des examens finaux au bout de deux ans et prépare à l'entrée à l'université et à la vie active. Implanté dans 146 pays, ce programme jouit de la reconnaissance des universités et grandes écoles les plus prestigieuses au monde.

Dans le cadre de l'IB, les étudiants doivent étudier six matières obligatoires, à savoir leur langue maternelle ou la langue du pays dans lequel ils vivent (français, anglais ou espagnol), une science humaine (histoire, géographie, économie, psychologie, philosophie, politique), une science expérimentale (physique, chimie, biologie), les mathématiques, une langue étrangère et enfin une matière artistique ou une matière de l'un des cinq premiers groupes. Trois de ces disciplines sont étudiées au niveau supérieur (higher level) à raison de 240 h sur deux ans et trois autres à un niveau moyen (standard level), à raison de 150 heures. Une telle diversité rapproche l'IB d'un diplôme tel que notre baccalauréat français, bien loin de l'ultra spécialisation du classique A level britannique. Ainsi, un élève qui souhaite étudier la médecine peut choisir, en matières fortes, les mathématiques, la chimie et la biologie tout en continuant à se cultiver grâce à l'anglais, à l'histoire et à l'italien.

Mais ce n'est pas tout. A l'étude déjà exigeante de ces six matières s'ajoutent les trois composantes du tronc commun :

1. Un mémoire (extended essay) d'au moins quatre mille mots rédigé par l'élève sur un sujet de son choix, par lequel il prouvera ainsi sa capacité à collecter de l'information, la mettre en forme et aussi à travailler seul.

2. Un mémoire de deux mille à deux mille cinq cents mots en "théorie de la connaissance", une matière proche de la philosophie, qui apprend à l'élève à exercer son esprit critique et à comprendre les enjeux majeurs du monde qui l'entoure.

3. Le programme de "Créativité, Action, Service" (CAS), exige de la part des élèves qu'ils pratiquent une activité artistique ainsi qu'un sport et enfin qu'ils s'investissent dans leur communauté en travaillant comme bénévoles au sein de diverses associations caritatives.

Il va sans dire que le Baccalaureat International est une excellente formation, dont les diplômés séduisent universités et employeurs. Ce sont, en effet, pour la plupart des jeunes gens curieux intellectuellement, qui font preuve d'un grand sens de l'adaptation et d'une vraie maturité émotionnelle. Ils savent mener des recherches de façon indépendante et exercer une pensée critique, dans le cadre d'une réflexion ouverte sur l'international.
Mais c'est une formation difficile, exigeante, et souvent plus lourde que les diplômes de fin d'études propres à chaque pays, puisqu'elle cumule l'étude de six matières et le tronc commun. Elle convient donc à des élèves motivés, travailleurs, prêts à faire les sacrifices qu'exige souvent la recherche de l'excellence.

Caroline Sulzer
www.frenchworks.co.uk

 

Education

 

Additional Information

En bref

  • L'école Les petites étoiles a reçu un "Outstanding" par l'Ofsted en janvier 2017

    L'école Les petites étoiles a reçu un "Outstanding" par l'Ofsted en janvier 2017

     
  • Avenue des Ecoles/Be-Konnect invité à la conférence de rentrée de Londres Accueil

    Le 3 octobre dernier, s'est tenue à Londres, sous l'égide de Londres Accueil, une conférence sur le thème de "Bien vivre à Londres"

     
  • Inscriptions aux Independent schools show London 2015

    Inscriptions aux Independent schools show London 2015

    Quand ? Les 14 et 15 novembre prochains.

    Où? Battersea Evolution, Battersea Park, London, SW11 4NJ

    C’est gratuit si vous vous enregistrez en ligne !

    « As the UK’s largest school open day, the Independent Schools Show annually welcomes 200 of the leading schools to Battersea Park. Join us at this informative and dynamic event to meet key admissions teams; speak with heads; enquire about entry requirements at all stages; explore scholarships and bursaries”.

     Source : http://www.schoolsshow.co.uk/

     

     
  • Le secteur privé anglais reste le plus performant en 2015

    Le secteur privé anglais reste le plus performant en 2015

    La grande majorité desmeilleures résultats du GCSE en 2015 au sein du secteur public provient des 164 écoles Grammar Schools ce qui est le cas depuis des décennies, et non comme voudraient le dire acteurs par les réformes entreprises par le gouvernement vers les académies. A noter également, que les écoles privées secondaires ont pour 50% d’entre elles obtenu  A *ou grades A au A-level soit près du double de la moyenne nationale.

    Source: “The triumph of the state sector has been exaggerated “, The independent, 31 août 2015

     

     
  • Les nouveautés de cette rentrée 2015 : EMC et Orientation

    Les nouveautés de cette rentrée 2015 : EMC et Orientation

    Un enseignement moral et civique (EMC)

    Du CP à la terminale, tous les élèves bénéficieront d’un enseignement moral et civique (EMC) à partir de septembre.

    Cette nouvelle matière, voulue par l'ancien ministre de l'Education, Vincent Peillon, remplace les traditionnels cours d'éducation civique. Elle sera dispensée par les instituteurs en primaire, à raison d'une heure par semaine, et par les professeurs d'histoire, au collège et au lycée, une heure tous les quinze jours.

    Son contenu : expliciter des notions comme la justice, la dignité, l’égalité ou la solidarité, mais aussi aider les élèves à reconnaître et accepter le pluralisme des opinions. Une éducation aux médias et à l’information est également encouragée.

    Fait nouveau, cette matière devrait figurer parmi les épreuves du nouveau brevet des collèges, prévu pour l'année prochaine. Le programme sera désormais le même pour tous les élèves dans le secondaire, quels que soient leur filière ou leur bac, général, technologique ou professionnel.

    A ces cours s'ajouteront cette année les interventions en classe sur les thèmes « des valeurs républicaines » de bénévoles issus du monde associatif ou de la société civile, inscrits dans la « réserve citoyenne de l'Education nationale » créée à la suite des attentats de janvier 2015.

    L’orientation : un concept au service des élèves

    Dès la sixième, un « parcours Avenir », ou « parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel » sera généralisé dès cette rentrée. L’objectif est d’aider les jeunes à se familiariser avec les acteurs économiques et le monde du travail, afin de mieux bâtir leur projet d’orientation.

    Un parcours d’éducation artistique et culturelle doit voir le jour et permettre ici plus largement en France de favoriser l’accès à l’art pour tous les élèves et de cultiver leur sensibilité. Là encore cet aspect très présent dans les écoles anglaises gagnerait à être réellement encouragé dans les écoles françaises dès le plus jeune âge.