Scolarité française

Alternatives aux écoles homologuées: les promesses du Gouvernement Français

axelle-lemaire-001Axelle Lemaire, députée des Français établis en Europe du Nord, revient sur les points forts de sa conversation avec la ministre Conway-Mouret sur les alternatives à l'enseignement homologué à l'étranger.

Le 19 novembre dernier, Hélène Conway-Mouret, ministre chargée des Français à l'étranger, répondait aux questions d'Axelle Lemaire concernant notamment les écoles FLAM, les filières bilingues et le CNED.

Vous trouverez l'intégralité du texte sur le lien suivant. Avenue des Ecoles vous en livre un résumé complet... et décrypté.

 

La question de Mme Lemaire en 2 points :

1/ Un constat alarmant :
- Une demande accrue de scolarisation en français à l'étranger (+100 000 élèves depuis 2006)
- Limite des places disponibles dans les établissements homologués et gérés par l'AEFE
- Eloignement géographique hors des capitales
- Frais de scolarité onéreux malgré la mise en place d'un observatoire des frais de scolarité notamment au Royaume-Uni

 

2/ Un manque de souplesse et de moyens financiers pour les solutions alternatives :

- Ecoles FLAM : bien que financées en partie par l'Etat (budget total de 700 000 euros), les subventions octroyées sont cependant dégressives, mettant en péril la pérennité d'un projet. En effet, l'aide accordée, modulable en fonction du coût de la vie de chaque pays, ne peut être supérieure à 50% du coût total de l'opération. Elle est réduite progressivement au fur et à mesure de la pérennisation du programme, sans aller, en principe, au delà d'une cinquième année. Pour avoir un aperçu de la répartition des subventions, cliquer sur le document joint – AEFE.

- Filières bilingues : ces filières développées dans les établissements anglais n'avaient jusqu'à présent aucune légitimité auprès des établissements français. Malgré la création du Label FrancEducation qui reconnaît et valorise ces filières (32 à ce jour dans le monde dont 0 au Royaume-Uni !), les critères d'obtention de ce fameux label constituent un véritable parcours du combattant.

- Le CNED, Centre National d'Enseignement à Distance : Et quelle distance ! Il faut habiter à plus de 50km d'un établissement homologué pour s'inscrire au CNED (sauf autorisation du Service Culturel). La lourdeur du programme complet devrait faire place à des formules plus adaptées comme la formule Royaume-Uni avec seulement 3 matières. On regrette également que les inscriptions ne puissent se faire directement en ligne.

 

La réponse de la Ministre en 3 points :

La demande émane non seulement des ressortissants français mais aussi d'un public étranger soucieux de donner une éducation internationale à leurs enfants. Les mesures suivantes reconnaissent l'importance de l'enseignement du français, en complément d'un cursus national ou comme vecteur d'identité culturelle.

1/ Développer des filières francophones bilingues dans les établissements locaux via l'assouplissement des critères d'attribution du Label FrancEducation

2/ Renforcer et valoriser l'offre du CNED
- Extension de la formule pilote « Royaume-Uni » (3 matières) à l'ensemble du monde depuis septembre 2013. Création notamment de la « Formule Brésil ».
- Obstacle des 50 km levé

3/ Soutenir les écoles FLAM
- Révision du caractère systématique de la dégressivité de la subvention de l'AEFE.

 

 

Elisabeth Fontanille, 25 novembre 2013

 

 

Sources :

- Axelle Lemaire (19 novembre 2013) « Alternatives à l'enseignement homologué à l'étranger »

- Label Franc-Education 

Programme FLAM : http://www.assemblee-afe.fr/programme-flam-2012.html
http://www.francais-du-monde.org/vivre-a-letranger/scolarite-2/le-programme-flam/
http://www.avenuedesecoles.com/index.php/tous-les-entretiens-581/2345-parapluie-flam-du-ru-la-nouvelle-association-des-petites-ecoles

CNED, les différentes formules : http://www.cned.net/scolaire/ecole

Plan Ecole au Royaume-Uni : http://planecoleroyaumeuni.wordpress.com

 

 

Entretien

  • Entretien avec Mme Mireille Rabaté, proviseur du Lycée International de Londres Winston Churchill

    Nous avons rencontré Mme Rabaté, proviseur du Lycée International de Londres Winston Churchill pour faire le point sur les nouveautés de cette deuxième année et les perspectives pour la prochaine rentrée scolaire.


    Pouvez-vous nous faire un point sur la situation actuelle de votre établissement ?

    Nous avons accueilli, cette année, 731 élèves soit une augmentation de 60% par rapport à l’année dernière. Nous avons aussi augmenté notre personnel en conséquence.

    Pour le lycée, nous comptons aujourd’hui 5 classes de seconde et 5 classes de première. Nous ouvrirons l’année prochaine 5 classes de terminales dans les filières L, S et ES, ce qui permet à chacun de trouver sa voie.


    Votre établissement se caractérise par son enseignement bilingue, proposez vous un bac à option internationale?

    Oui, en effet, nous proposons dès cette année à tous nos élèves de préparer l’Option Internationale du Baccalauréat francais (OIB).

    Les lycéens passeront toutes les épreuves correspondant à leur série, mais les épreuves de langue anglaise et d'histoire-géographie sont remplacées par deux épreuves en anglais à l’écrit et à l’oral, en littérature anglaise et histoire-géographie.

    Cette option est ouverte à ceux qui ont acquis un niveau élevé d’Anglais à l’écrit et à l’oral. Le bac option OIB est un plus et ouvre largement les portes des universités étrangères.


    Avez-vous d’autres projets pour l’avenir, j’ai entendu parlé de l’offre de l’International Baccalaureate?

    En effet, nous sommes actuellement en phase de préparation pour devenir “école candidate“ pour l'International Baccalaureate Organisation (IBO) Diploma Programme, enseigné en Anglais et qui s’adresserait à des élèves non-francophones.

    Cette demande ne garantit pas l'acceptation de notre candidature. L’IB Diploma Programme s’inscrirait particulièrement bien dans la culture de notre établissement ouvert sur le monde, la différenciation, le développement de la confiance en soi et de l’épanouissement de l’élève.


    Vous avez placé la technologie au coeur de la pédagogie par l’utilisation des tablettes numériques. Cette innovation a été accueillie au début avec beaucoup de méfiance, qu’en est-il aujourd’hui?

    C’est au contraire la pédagogie qui est au coeur de nos pratiques. Nous sommes sûrs que les outils technologiques peuvent être très utiles au service de la pédagogie.

    Nous cherchons en permanence à nous adapter au monde dans lequel vivront nos élèves demain, après le lycée. Et la technologie, qui a révolutionné nos vies en quelques années, est au coeur de cette réflexion.

    Comme vous le voyez, nous souhaitons offrir à nos élèves une diversité de méthodes pour leur permettre de s’épanouir pleinement.

    Nous sommes conscients que toute nouveauté suscite des interrogations, c’est pourquoi nous sommes particulièrement attentifs aux questions des parents.

    Nous avons ainsi mis en place à l’attention des parents une formation afin qu’ils se familiarisent avec les outils, les applications autorisées et utilisées et qu’ils soient au courant de la sécurité mise en place dans notre dispositif.

    Pour répondre à toutes leurs questions nous proposons des séances avec notre service informatique le mercredi matin.


    Quels sont les projets que vous avez mis en place cette année?

    Cette année, nous avons pu proposer « un programme d’études hors les murs » permettant à 44 élèves de 1ère de partir à l’étranger, au Laos ou au Népal, tout en se rendant utile, pour travailler avec les associations caritatives locales et vivre en immersion avec les habitants du pays. Pour nos élèves de 4ème, nous avons organisé des voyages d’étude linguistique au Guatemala, à Shanghai et à Pékin.

    L’autonomie et l’ouverture d’esprit que cela développe chez nos élèves nous tient à coeur.


    Quels sont vos prochains rendez-vous?

    Nous vous invitons à nos prochaines portes ouvertes organisées pour le secondaire le vendredi 19 mai prochain.

    Une première commission d’affectation des places s’est certes tenue le 2 février dernier mais il est toujours possible de faire une demande d’inscription pour votre enfant au sein de notre établissement, il nous reste des places dans certaines classes.

     

    Entretien réalisé par Sophie Guiroy, Londres, Mai 2017

     

    Pour aller plus loin:

    http://www.lyceeinternational.london/

     

     

Education

 

Additional Information

En bref