Scolarité anglaise

L’école britannique sanctionnée par de nombreux tests demeure inégalitaire

Une étude récente menée par des chercheurs d'Oxford montre que l'école britannique reste inégalitaire, avec des écarts de plus en plus importants entre niveaux sociaux différents.

 

Inégalité de revenus, inégalité de traitement

L'étude menée par des chercheurs de l'université d'Oxford, a porté sur les 25 pays les plus riches de l'OCDE, et compare les performances des élèves en mathématiques, alphabétisation et résolution de problèmes avant 15 ans puis ceux de 16 à 24 ans.

Ses résultats montrent que si les élèves âgés de moins de 15 ans se situent globalement dans la moyenne pour les maths, l'alphabétisation et la résolution de problèmes, cette performance diminue considérablement par la suite, chez les jeunes de 16 à 24 ans.

L'apprentissage s'est donc révélé superficiel avant 15 ans.

L'étude se penche sur la corrélation entre l'inégalité économique d'un pays et ses scores dans les tests internationaux. Les résultats suggèrent que plus l'écart entre les riches et les pauvres était important, plus les chances des jeunes d'oublier ce qu'ils ont appris augmentait.

 

Trop de tests et trop de pression au détriment de la qualité

Le professeur Danny Dorling explique également que dans les sociétés plus compétitives, comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni, les résultats des examens importent beaucoup trop.

Il s'y développe à différents stades des programmes scolaires, une véritable course au bachotage, au détriment de la recherche d'une qualité d'enseignements et de contenus.

Les écoles au Royaume-Uni se concentrent sur l'acquisition de connaissances à court terme pour aider les élèves à passer des tests, et cette connaissance est ensuite rapidement oubliée.

Les résultats des examens constituent l'enjeu premier des études, sachant que les jeunes, entrant sur le marché du travail, vont être payés avec d'énormes différences entre le salaire minimum et le plus élevé.

 

Effort du gouvernement britannique pour infléchir cette tendance

Un responsable du Département de l'éducation au RU déclarait récemment que le gouvernement avait pris conscience de la situation : "Le gouvernement a réduit le nombre de tests.

Certains modules et évaluations de janvier ont été annulés dans le cadre de nos réformes du GCSE et A-levels en 2014 » précisait-il à la presse. Et de décider également « de faire en sorte que les élèves ne soient testés que lorsqu'ils étaient vraiment prêts ". Affaire à suivre...

 

Choisissez les solutions BE-KONNECT pour vous aider dans votre choix de scolarité. Contactez-nous sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sabine Cros-Scherer, janvier 2016.

 

 

NB : Ces résultats ont été tirés du Programme international pour le suivi des élèves (PISA) et l'Enquête sur les classements des compétences des adultes (PIAAC), qui sont tous deux administrés par l'Organisation de coopération et de développement économiques.

 

Source : Richard Vaughan, "UK among world's worst for 'teaching to the test', research finds", Times Education Supplement (TES), 18 décembre 2015.

 

 

Entretien

  • Entretien avec Mme Mireille Rabaté, proviseur du Lycée International de Londres Winston Churchill

    Nous avons rencontré Mme Rabaté, proviseur du Lycée International de Londres Winston Churchill pour faire le point sur les nouveautés de cette deuxième année et les perspectives pour la prochaine rentrée scolaire.


    Pouvez-vous nous faire un point sur la situation actuelle de votre établissement ?

    Nous avons accueilli, cette année, 731 élèves soit une augmentation de 60% par rapport à l’année dernière. Nous avons aussi augmenté notre personnel en conséquence.

    Pour le lycée, nous comptons aujourd’hui 5 classes de seconde et 5 classes de première. Nous ouvrirons l’année prochaine 5 classes de terminales dans les filières L, S et ES, ce qui permet à chacun de trouver sa voie.


    Votre établissement se caractérise par son enseignement bilingue, proposez vous un bac à option internationale?

    Oui, en effet, nous proposons dès cette année à tous nos élèves de préparer l’Option Internationale du Baccalauréat francais (OIB).

    Les lycéens passeront toutes les épreuves correspondant à leur série, mais les épreuves de langue anglaise et d'histoire-géographie sont remplacées par deux épreuves en anglais à l’écrit et à l’oral, en littérature anglaise et histoire-géographie.

    Cette option est ouverte à ceux qui ont acquis un niveau élevé d’Anglais à l’écrit et à l’oral. Le bac option OIB est un plus et ouvre largement les portes des universités étrangères.


    Avez-vous d’autres projets pour l’avenir, j’ai entendu parlé de l’offre de l’International Baccalaureate?

    En effet, nous sommes actuellement en phase de préparation pour devenir “école candidate“ pour l'International Baccalaureate Organisation (IBO) Diploma Programme, enseigné en Anglais et qui s’adresserait à des élèves non-francophones.

    Cette demande ne garantit pas l'acceptation de notre candidature. L’IB Diploma Programme s’inscrirait particulièrement bien dans la culture de notre établissement ouvert sur le monde, la différenciation, le développement de la confiance en soi et de l’épanouissement de l’élève.


    Vous avez placé la technologie au coeur de la pédagogie par l’utilisation des tablettes numériques. Cette innovation a été accueillie au début avec beaucoup de méfiance, qu’en est-il aujourd’hui?

    C’est au contraire la pédagogie qui est au coeur de nos pratiques. Nous sommes sûrs que les outils technologiques peuvent être très utiles au service de la pédagogie.

    Nous cherchons en permanence à nous adapter au monde dans lequel vivront nos élèves demain, après le lycée. Et la technologie, qui a révolutionné nos vies en quelques années, est au coeur de cette réflexion.

    Comme vous le voyez, nous souhaitons offrir à nos élèves une diversité de méthodes pour leur permettre de s’épanouir pleinement.

    Nous sommes conscients que toute nouveauté suscite des interrogations, c’est pourquoi nous sommes particulièrement attentifs aux questions des parents.

    Nous avons ainsi mis en place à l’attention des parents une formation afin qu’ils se familiarisent avec les outils, les applications autorisées et utilisées et qu’ils soient au courant de la sécurité mise en place dans notre dispositif.

    Pour répondre à toutes leurs questions nous proposons des séances avec notre service informatique le mercredi matin.


    Quels sont les projets que vous avez mis en place cette année?

    Cette année, nous avons pu proposer « un programme d’études hors les murs » permettant à 44 élèves de 1ère de partir à l’étranger, au Laos ou au Népal, tout en se rendant utile, pour travailler avec les associations caritatives locales et vivre en immersion avec les habitants du pays. Pour nos élèves de 4ème, nous avons organisé des voyages d’étude linguistique au Guatemala, à Shanghai et à Pékin.

    L’autonomie et l’ouverture d’esprit que cela développe chez nos élèves nous tient à coeur.


    Quels sont vos prochains rendez-vous?

    Nous vous invitons à nos prochaines portes ouvertes organisées pour le secondaire le vendredi 19 mai prochain.

    Une première commission d’affectation des places s’est certes tenue le 2 février dernier mais il est toujours possible de faire une demande d’inscription pour votre enfant au sein de notre établissement, il nous reste des places dans certaines classes.

     

    Entretien réalisé par Sophie Guiroy, Londres, Mai 2017

     

    Pour aller plus loin:

    http://www.lyceeinternational.london/

     

     

Education

 

Additional Information

En bref