Scolarité anglaise

Plus de choix... mais aussi plus de stress !

pupils at a free school in london credit hammersmith and fulham council SCALEDDe quoi parlent les mamans anglaises entre elles ? De leurs enfants, comme toutes les mamans du monde ? 

 

Oui, mais les english mums ont aussi la particularité de beaucoup parler des écoles de leurs enfants.

 

Dès la procréation de leur progéniture, elles s'inquiètent de sélectionner la bonne école et dissertent sans fin sur les différents moyens d'y décrocher une place ! Mais pourquoi le choix de l'école est-il devenu un tel sujet de préoccupation ?

 

Pour comprendre, il faut remonter à la loi de réforme de l'éducation de 1988 (Education Reform Act 1988) qui a placé la concurrence entre établissements au cœur du système scolaire. Les écoliers sont désormais évalués à 7, 11 et 14 ans, et les résultats sont publiés sous forme de palmarès des écoles hautement médiatisés.

 

L'abolition de la carte scolaire s'est doublée de la volonté d'éduquer les parents à faire usage de leur pouvoir de choisir l'établissement de leur enfant, en fonction des classements.

 

A cela s'ajoute la tendance actuelle qui vise à développer l'autonomie des établissements. C'est le gouvernement de Margaret Thatcher qui, le premier a mis en place les premiers City Technology Colleges (CTC), des écoles publiques secondaires spécialisées financées en partie par des sponsors industriels.

 

La plus célèbre de celles-ci est la BRIT school for performing arts and technologie, établie par l'industrie phonographique pour former de futurs musiciens. Elle compte parmi ses anciens élèves Adèle et Amy Winehouse, pour n'en citer que deux.

 

Le programme a été amplifié avec la création des Academies par le gouvernement de Tony Blair en 2000. Comme les Independant schools (écoles privées), les Academies déterminent leur politique en matière d'enseignement. Financée directement par le ministère (les écoles publiques classiques sont financées et pilotées au niveau local), elles peuvent aussi être subventionnées par des sponsors privés.

 

Le programme d'autonomisation a été repris et renforcé par le gouvernement de David Cameron en 2010 avec le programme des Free Schools (pour "écoles gratuites" et "libérez les écoles"). Selon la législation actuelle, les parents, les enseignants ou d'autres groupes peuvent soit demander la transformation d'une école existante sous tutelle du niveau local en Free school, soit en créer une toute neuve.

 

Le succès de nouveau dispositif est au rendez-vous : pour la rentrée de septembre 2015, 38 nouvelles Free schools ont obtenu le feu vert du ministère, ce qui porte le nombre total d'écoles de ce type à 331 et donc autant de projets d'établissements alternatifs !

 

De quoi parlent les mamans françaises de Londres entre elles ? Du casse-tête du choix d'une école pour leur enfant ! En complément de l'offre riche et complexe du système britannique, s'ajoute aussi l'offre française.

 

Certes, au final beaucoup de possibilités, ce qui est dans l'absolu une bonne chose... mais malheureusement aussi, beaucoup de stress pour les familles souvent un peu perdues !

 

Veronique Hébréard, 11août

 

Sources :
https://www.gov.uk/government/news/new-schools-bring-total-number-of-free-school-places-to-175000

 

 

 

 

Entretien

  • Entretien avec Mme Mireille Rabaté, proviseur du Lycée International de Londres Winston Churchill

    Nous avons rencontré Mme Rabaté, proviseur du Lycée International de Londres Winston Churchill pour faire le point sur les nouveautés de cette deuxième année et les perspectives pour la prochaine rentrée scolaire.


    Pouvez-vous nous faire un point sur la situation actuelle de votre établissement ?

    Nous avons accueilli, cette année, 731 élèves soit une augmentation de 60% par rapport à l’année dernière. Nous avons aussi augmenté notre personnel en conséquence.

    Pour le lycée, nous comptons aujourd’hui 5 classes de seconde et 5 classes de première. Nous ouvrirons l’année prochaine 5 classes de terminales dans les filières L, S et ES, ce qui permet à chacun de trouver sa voie.


    Votre établissement se caractérise par son enseignement bilingue, proposez vous un bac à option internationale?

    Oui, en effet, nous proposons dès cette année à tous nos élèves de préparer l’Option Internationale du Baccalauréat francais (OIB).

    Les lycéens passeront toutes les épreuves correspondant à leur série, mais les épreuves de langue anglaise et d'histoire-géographie sont remplacées par deux épreuves en anglais à l’écrit et à l’oral, en littérature anglaise et histoire-géographie.

    Cette option est ouverte à ceux qui ont acquis un niveau élevé d’Anglais à l’écrit et à l’oral. Le bac option OIB est un plus et ouvre largement les portes des universités étrangères.


    Avez-vous d’autres projets pour l’avenir, j’ai entendu parlé de l’offre de l’International Baccalaureate?

    En effet, nous sommes actuellement en phase de préparation pour devenir “école candidate“ pour l'International Baccalaureate Organisation (IBO) Diploma Programme, enseigné en Anglais et qui s’adresserait à des élèves non-francophones.

    Cette demande ne garantit pas l'acceptation de notre candidature. L’IB Diploma Programme s’inscrirait particulièrement bien dans la culture de notre établissement ouvert sur le monde, la différenciation, le développement de la confiance en soi et de l’épanouissement de l’élève.


    Vous avez placé la technologie au coeur de la pédagogie par l’utilisation des tablettes numériques. Cette innovation a été accueillie au début avec beaucoup de méfiance, qu’en est-il aujourd’hui?

    C’est au contraire la pédagogie qui est au coeur de nos pratiques. Nous sommes sûrs que les outils technologiques peuvent être très utiles au service de la pédagogie.

    Nous cherchons en permanence à nous adapter au monde dans lequel vivront nos élèves demain, après le lycée. Et la technologie, qui a révolutionné nos vies en quelques années, est au coeur de cette réflexion.

    Comme vous le voyez, nous souhaitons offrir à nos élèves une diversité de méthodes pour leur permettre de s’épanouir pleinement.

    Nous sommes conscients que toute nouveauté suscite des interrogations, c’est pourquoi nous sommes particulièrement attentifs aux questions des parents.

    Nous avons ainsi mis en place à l’attention des parents une formation afin qu’ils se familiarisent avec les outils, les applications autorisées et utilisées et qu’ils soient au courant de la sécurité mise en place dans notre dispositif.

    Pour répondre à toutes leurs questions nous proposons des séances avec notre service informatique le mercredi matin.


    Quels sont les projets que vous avez mis en place cette année?

    Cette année, nous avons pu proposer « un programme d’études hors les murs » permettant à 44 élèves de 1ère de partir à l’étranger, au Laos ou au Népal, tout en se rendant utile, pour travailler avec les associations caritatives locales et vivre en immersion avec les habitants du pays. Pour nos élèves de 4ème, nous avons organisé des voyages d’étude linguistique au Guatemala, à Shanghai et à Pékin.

    L’autonomie et l’ouverture d’esprit que cela développe chez nos élèves nous tient à coeur.


    Quels sont vos prochains rendez-vous?

    Nous vous invitons à nos prochaines portes ouvertes organisées pour le secondaire le vendredi 19 mai prochain.

    Une première commission d’affectation des places s’est certes tenue le 2 février dernier mais il est toujours possible de faire une demande d’inscription pour votre enfant au sein de notre établissement, il nous reste des places dans certaines classes.

     

    Entretien réalisé par Sophie Guiroy, Londres, Mai 2017

     

    Pour aller plus loin:

    http://www.lyceeinternational.london/

     

     

Education

 

Additional Information

En bref