Rentrée scolaire et réformes en cours

En France, la réforme des collèges peine à convaincre. Côté Anglais, celle en cours concernant les examens accentue le fossé entre public et privé. Mais les opportunités à Londres sont grandes …

 

Les deux systèmes scolaires, français et anglais, sont en cours de rénovation avec un mot d’ordre commun : économie !

 

 L’école française peine à obtenir son financement

 

Alors que les pays de l’OCDE ont augmenté leurs dépenses d’éducation entre 2000-2010, la France fait partie du petit groupe de pays où elles ont baissé.

On est passé de 7,3% du PIB en 2000 à 6,9% en 2012. Elle dépense moins que la moyenne de l’OCDE dans le primaire (6 920 $ contre 8 300 $ pour l’OCDE), et plus pour un élève pendant la durée des études secondaires (11 110 $ contre 9 280 $).

Les raisons ? La scolarité primaire y est plus courte (5 ans au lieu de 6 au RU par exemple) tandis que la scolarité secondaire est plus longue (7 ans au lieu de 6).

 

Le coût élevé du secondaire s’explique aussi parce que la France, contrairement à la plupart des pays, conserve jusqu’à la fin du secondaire un nombre important de matières et donc de volume d’heures.

Dans la plupart des pays européens, les lycéens se spécialisent à partir de la classe de première, et ne gardent que 5 ou 6 disciplines voire moins, comme en Grande-Bretagne.

En France, la majorité des élèves conserve la quasi-totalité des disciplines jusqu’en terminale.

 

 

 

Coté Anglais, le gouvernement baisse son budget Education par élève

 

Le budget du Royaume-Uni consacré à l’Education est passé de 4,9% à 6,5% du PIB national entre 2000 et 2010.

Mais cette augmentation aujourd’hui n’est plus de mise avec la victoire des conservateurs aux dernières élections législatives du printemps dernier.

Le Premier ministre David Cameron annonçait alors qu’il n’y aurait pas d’augmentation de moyens alloués à l’Education.

Au mieux le budget sera stable cela, malgré la forte hausse d’effectifs à horizon de 5 ans. Dans le même temps, l'Institute for Fiscal Studies indiquait que les écoles pouvaient craindre des réductions allant jusqu'à 12 % une fois la hausse du nombre des élèves réalisée.

Selon une enquête publiée en juillet dernier dans le Times Educational Supplément, un grand nombre d’écoles anglaises seraient aujourd’hui au bord du gouffre financier.

Les résultats de cette enquête révèlent que deux-tiers des établissements du secondaire anglais n'ont pas suffisamment de fonds pour « fournir une éducation de qualité » pour l'année prochaine.

L’étude qui vise spécialement l'Essex, l’Hertfordshire, le Suffolk, le Norfolk et le Cambridgeshire – révèle que 69% des écoles considèrent leur situation financière 2015-16 comme « grave » ou pire encore.

L’insatisfaction gronde et les syndicats menacent l'école de grève à la rentrée si les enseignants ne bénéficient pas de la hausse du salaire minimum.

 

Pour nos conseils sur les différentes scolarités possibles à Londres, lors de votre retour en France ou sur les activités extra-scolaires en français ou anglais, contactez-nous !

 

Sabine Cros, septembre 2015

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

Education

 

Additional Information

En bref