Bilinguisme

L'éducation dans le monde est-elle en train de se privatiser ?

Comment se financent nos écoles ?

Alors que l'impératif budgétaire s'impose comme jamais en France, c'est l’interrogation à laquelle a tenté de répondre la Revue internationale d'Education de Sèvres. A cette fin, elle examine l’évolution des modes de financement de l'école dans le monde.

Une illustration sera ensuite donnée visant le College français bilingue de Londres, le futur lycée International de Londres ainsi que l’école anglaise.

 

Un constat domine: partout le financement de l'éducation tend à se privatiser

L’appel au privé pour la réalisation d’établissements scolaires français à Londres.

Partout l'Etat recule devant une privatisation montante de la dépense d'éducation. Partout les frontières entre le privé et le public s'estompent. Cela peut prendre des formes très directes comme dans le développement de partenariats privé public pour réaliser des écoles ou équipements comme à Londres avec la récente construction du College français bilingue de Londres (CFBL) à Kentish Town et de l’ouverture pour la rentrée 2015 du Lycée international de Londres à Wembley.

Le WECT (Wembley Educational Education Trust) en charge du projet de Wembley, précisément le lycée international qui ouvre ses portes en septembre 2015, a parallèlement lancé une campagne de Fundraising pour atteindre les 9m£ nécessaires à la mise en place des infrastructures (matériel, équipements sportifs, aménagement des salles).

Les fonds récoltés auprès des entreprises partenaires s'étalent de 25k£ à 500k£ avec une moyenne de 250k£.

 

Tout comme le CFBL, 30% des places seront allouées prioritairement au personnel de ces entreprises. Cet avantage, non négligeable quand on connaît le nombre accru de demandes, est valable 15 ans. Une nouvelle campagne de levée de fonds devait être lancée et s'adresser désormais aux particuliers.

 

 

Des modes de gestion privatisés en Angleterre

Certains pays vont plus loin encore et ce depuis des décennies. Ainsi, au UK les modes de gestion sont pour certaines écoles complètement privatisées.Le New Public Management est une recherche d’économie mais aussi en soi une réaction à la routine gestionnaire des administrations publiques. Il importe dans la gestion publique les démarches et les outils de la gestion privée. Les usagers sont traités comme des clients.

Les établissements ont des obligations de résultats souvent inscrits dans des contrats impératifs. Leur attribution de financement par l’Etat en dépende et les écoles sont pour le plus grand bien de tous – contribuable, parent et professeurs- en concurrence généralisée entre établissements.

Depuis 2010, on a vu se développer au UK les Academies, des écoles dont la gestion est confiée à des entreprises mais qui fonctionnent sur fonds publics.

Aujourd’hui, les Free schools sont quant à elles confiées à des associations toujours avec les deniers de l’Etat. Chacune de ces écoles a à la fois un contrat impératif avec l'Etat, c'est à dire des obligations de résultats, et une autonomie complète pour les atteindre.

 

Au plus près de la privatisation du mode de gestion de l’école : « Motiver, Motiver, il faut les motiver » dit la chanson….

Tout récemment, devant la pénurie de professeurs de maths et de physique, l'Angleterre a décidé une mesure qui ferait bondir nos syndicats si attachés au critère de l’ancienneté dans l’évolution des carrières et donc des rémunérations des enseignants.

Les étudiants enseignants seront payés 40 000 livres par an pendant leurs deux années d'étude, rapportait BBC News. C'est le double de ce que touchent les futurs professeurs dans les autres disciplines. Ils recevront la même somme la troisième année. De grandes entreprises comme Barclays ou BAE Systems subventionneront ce programme. Décision empirique. Décision guidée par la demande du terrain et l’adaptation a un mode qui change réalisée grâce au rapprochement monde privé-sphère publique.

Une dernière mesure guidée par le pragmatisme So British qui devrait à tout le moins nous interpeller.

 

Sabine Cros, 12 janvier 2015.

 

Pour aller plus loin :

 

Entretien

  • Entretien avec Mme Mireille Rabaté, proviseur du Lycée International de Londres Winston Churchill

    Nous avons rencontré Mme Rabaté, proviseur du Lycée International de Londres Winston Churchill pour faire le point sur les nouveautés de cette deuxième année et les perspectives pour la prochaine rentrée scolaire.


    Pouvez-vous nous faire un point sur la situation actuelle de votre établissement ?

    Nous avons accueilli, cette année, 731 élèves soit une augmentation de 60% par rapport à l’année dernière. Nous avons aussi augmenté notre personnel en conséquence.

    Pour le lycée, nous comptons aujourd’hui 5 classes de seconde et 5 classes de première. Nous ouvrirons l’année prochaine 5 classes de terminales dans les filières L, S et ES, ce qui permet à chacun de trouver sa voie.


    Votre établissement se caractérise par son enseignement bilingue, proposez vous un bac à option internationale?

    Oui, en effet, nous proposons dès cette année à tous nos élèves de préparer l’Option Internationale du Baccalauréat francais (OIB).

    Les lycéens passeront toutes les épreuves correspondant à leur série, mais les épreuves de langue anglaise et d'histoire-géographie sont remplacées par deux épreuves en anglais à l’écrit et à l’oral, en littérature anglaise et histoire-géographie.

    Cette option est ouverte à ceux qui ont acquis un niveau élevé d’Anglais à l’écrit et à l’oral. Le bac option OIB est un plus et ouvre largement les portes des universités étrangères.


    Avez-vous d’autres projets pour l’avenir, j’ai entendu parlé de l’offre de l’International Baccalaureate?

    En effet, nous sommes actuellement en phase de préparation pour devenir “école candidate“ pour l'International Baccalaureate Organisation (IBO) Diploma Programme, enseigné en Anglais et qui s’adresserait à des élèves non-francophones.

    Cette demande ne garantit pas l'acceptation de notre candidature. L’IB Diploma Programme s’inscrirait particulièrement bien dans la culture de notre établissement ouvert sur le monde, la différenciation, le développement de la confiance en soi et de l’épanouissement de l’élève.


    Vous avez placé la technologie au coeur de la pédagogie par l’utilisation des tablettes numériques. Cette innovation a été accueillie au début avec beaucoup de méfiance, qu’en est-il aujourd’hui?

    C’est au contraire la pédagogie qui est au coeur de nos pratiques. Nous sommes sûrs que les outils technologiques peuvent être très utiles au service de la pédagogie.

    Nous cherchons en permanence à nous adapter au monde dans lequel vivront nos élèves demain, après le lycée. Et la technologie, qui a révolutionné nos vies en quelques années, est au coeur de cette réflexion.

    Comme vous le voyez, nous souhaitons offrir à nos élèves une diversité de méthodes pour leur permettre de s’épanouir pleinement.

    Nous sommes conscients que toute nouveauté suscite des interrogations, c’est pourquoi nous sommes particulièrement attentifs aux questions des parents.

    Nous avons ainsi mis en place à l’attention des parents une formation afin qu’ils se familiarisent avec les outils, les applications autorisées et utilisées et qu’ils soient au courant de la sécurité mise en place dans notre dispositif.

    Pour répondre à toutes leurs questions nous proposons des séances avec notre service informatique le mercredi matin.


    Quels sont les projets que vous avez mis en place cette année?

    Cette année, nous avons pu proposer « un programme d’études hors les murs » permettant à 44 élèves de 1ère de partir à l’étranger, au Laos ou au Népal, tout en se rendant utile, pour travailler avec les associations caritatives locales et vivre en immersion avec les habitants du pays. Pour nos élèves de 4ème, nous avons organisé des voyages d’étude linguistique au Guatemala, à Shanghai et à Pékin.

    L’autonomie et l’ouverture d’esprit que cela développe chez nos élèves nous tient à coeur.


    Quels sont vos prochains rendez-vous?

    Nous vous invitons à nos prochaines portes ouvertes organisées pour le secondaire le vendredi 19 mai prochain.

    Une première commission d’affectation des places s’est certes tenue le 2 février dernier mais il est toujours possible de faire une demande d’inscription pour votre enfant au sein de notre établissement, il nous reste des places dans certaines classes.

     

    Entretien réalisé par Sophie Guiroy, Londres, Mai 2017

     

    Pour aller plus loin:

    http://www.lyceeinternational.london/

     

     

Education

 

Additional Information

En bref