Scolarité française

Jean-Michel Blanquer, nouveau ministre de l’Education Nationale préconise une troisième voie pour l’éducation

Personnage connu de la communauté éducative, cette nomination augure de profonds changements dans le système éducatif français

 

 

 

 

Jean-Michel Blanquer, directeur de l’ESSEC depuis 2013 est un des animateurs de l'Institut Montaigne, think tank libéral. Pour ce technicien, il y a des réponses scientifiques aux problèmes éducatifs.

 

En novembre 2016 il confiait dans un interview : "oui, il y a de vrais leviers pour améliorer l’éducation et leur caractère bénéfique est prouvé : une pédagogie explicite et progressive dès les premiers moments de l’école, le rapprochement parents-école, la formation des professeurs, l’autonomie des établissements, l’attention à des facteurs extra-scolaires comme le sommeil etc».

 

Dans le cadre de ses activités passées (recteur de Guyane en 2004, directeur adjoint du cabinet de Gilles de Robien, directeur en 2007 de l’académie de Créteil, ensuite en 2009 à la tête de la puissante direction de l’enseignement scolaire (Desco) sous le ministère de Luc Chatel.), une longue série d’expérimentations pédagogiques ont été entreprises et des projets innovants ont vu le jour:

-Ce sont les internats d’excellence, structures dérogatoires pour élèves méritants issus des milieux défavorisés, que la gauche enterrera en 2012,

-la « mallette des parents » ou du « cartable numérique » pour les collégiens,

-le développement des micro-lycées pour les élèves décrocheurs ou

-des conventions d’éducation prioritaires avec Sciences Po....

 

François Baroin, qui a partagé avec lui les bancs de l'école primaire, le qualifie de "missionnaire de l'éducation". Esprit libre, ses idées sur l'éducation ont été présentées dans deux livres, "L'école de la vie" en 2014, puis "L'école de demain", véritable livre programme qui a fortement inspiré le programme d’Emmanuel Macron.

 

Quatre idées fortes de JM Blanquer pour un nouveau système éducatif


Ces idées sont développées dans son dernier ouvrage "L'Ecole de demain"


Le premier principe : restaurer l’autorité. Jean-Michel Blanquer veut cadrer les pratiques pédagogiques dans l'éducation nationale. Et pour que cela soit possible, il souhaite renforcer les pouvoirs des chefs d'établissement et des directeurs d'école, qui deviendraient les supérieurs hiérarchiques des enseignants. Ce management au sein des établissements publics est celui des établissements britanniques.


Le second principe : rétablir l'autonomie des établissements, c'est à dire en fait des chefs d'établissements dans une logique de responsabilisation. C’est la déconcentration administrative qui est visée.

Troisième principe : réduire les fondamentaux, ceux-ci sont réduits par JM Blanquer aux seuls français et maths. Au primaire, ces deux disciplines représenteraient 20h / 26 h d'enseignement (actuellement il y a 24h d'enseignement). Dans le secondaire, elles représenteraient 10 heures hebdomadaires au minimum.

Le quatrième principe en découle : la hiérarchisation. Le nouveau "collège commun" préparerait des parcours spécifiques pour les élèves. Ceux-ci seraient réunis en "groupes de compétences", une formule qui pourrait bien se réduire à des groupes de niveau. Point commun ici également avec le système anglo-saxon et qui a fait ses preuves.

 

On retrouve dans son ouvrage également la priorité donnée aux premières années de la scolarité et la proposition de diviser par deux la taille des classes dans les zones d’éducation prioritaire. Aussi les stages de remise à niveau, l’été, pour les élèves en difficulté, les études dirigées le soir pour tous les collégiens, une réforme du baccalauréat et le rétablissement de « parcours spécialisés » au collège.

 

Finalement, entre les deux tours de la présidentielle, ce proche d’Alain Juppé agrégé de droit public se confiait à l’hebdomadaire Le Point en appelant de ses vœux « une troisième voie en éducation en reconnaissant la diversité des talents et des parcours sur la base de savoirs fondamentaux bien ancrés chez tous les élèves ». « Le programme Macron n’est pas le symétrique de celui de Le Pen, Il semble bien tenter de trouver cette troisième voie qui a réussi ailleurs en tirant tout le monde vers le haut » écrivait-il encore alors...

 

Sabine Cros-Scherer, Londres, mai 2017


POur aller plus loin:


Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale , François Jarraud, cafépédagogique, 17.05.2017

Jean-Michel Blanquer, un spécialiste marqué à droite à l’éducation nationale, Par Mattea Battaglia et Aurélie Collas , Le Monde, 17/05/2017

L’École de demain, Propositions pour une éducation nationale rénovée, JM. Blanquer, Odile Jacob, 2016

 

 

Entretien

  • Entretien avec Mme Mireille Rabaté, proviseur du Lycée International de Londres Winston Churchill

    Nous avons rencontré Mme Rabaté, proviseur du Lycée International de Londres Winston Churchill pour faire le point sur les nouveautés de cette deuxième année et les perspectives pour la prochaine rentrée scolaire.


    Pouvez-vous nous faire un point sur la situation actuelle de votre établissement ?

    Nous avons accueilli, cette année, 731 élèves soit une augmentation de 60% par rapport à l’année dernière. Nous avons aussi augmenté notre personnel en conséquence.

    Pour le lycée, nous comptons aujourd’hui 5 classes de seconde et 5 classes de première. Nous ouvrirons l’année prochaine 5 classes de terminales dans les filières L, S et ES, ce qui permet à chacun de trouver sa voie.


    Votre établissement se caractérise par son enseignement bilingue, proposez vous un bac à option internationale?

    Oui, en effet, nous proposons dès cette année à tous nos élèves de préparer l’Option Internationale du Baccalauréat francais (OIB).

    Les lycéens passeront toutes les épreuves correspondant à leur série, mais les épreuves de langue anglaise et d'histoire-géographie sont remplacées par deux épreuves en anglais à l’écrit et à l’oral, en littérature anglaise et histoire-géographie.

    Cette option est ouverte à ceux qui ont acquis un niveau élevé d’Anglais à l’écrit et à l’oral. Le bac option OIB est un plus et ouvre largement les portes des universités étrangères.


    Avez-vous d’autres projets pour l’avenir, j’ai entendu parlé de l’offre de l’International Baccalaureate?

    En effet, nous sommes actuellement en phase de préparation pour devenir “école candidate“ pour l'International Baccalaureate Organisation (IBO) Diploma Programme, enseigné en Anglais et qui s’adresserait à des élèves non-francophones.

    Cette demande ne garantit pas l'acceptation de notre candidature. L’IB Diploma Programme s’inscrirait particulièrement bien dans la culture de notre établissement ouvert sur le monde, la différenciation, le développement de la confiance en soi et de l’épanouissement de l’élève.


    Vous avez placé la technologie au coeur de la pédagogie par l’utilisation des tablettes numériques. Cette innovation a été accueillie au début avec beaucoup de méfiance, qu’en est-il aujourd’hui?

    C’est au contraire la pédagogie qui est au coeur de nos pratiques. Nous sommes sûrs que les outils technologiques peuvent être très utiles au service de la pédagogie.

    Nous cherchons en permanence à nous adapter au monde dans lequel vivront nos élèves demain, après le lycée. Et la technologie, qui a révolutionné nos vies en quelques années, est au coeur de cette réflexion.

    Comme vous le voyez, nous souhaitons offrir à nos élèves une diversité de méthodes pour leur permettre de s’épanouir pleinement.

    Nous sommes conscients que toute nouveauté suscite des interrogations, c’est pourquoi nous sommes particulièrement attentifs aux questions des parents.

    Nous avons ainsi mis en place à l’attention des parents une formation afin qu’ils se familiarisent avec les outils, les applications autorisées et utilisées et qu’ils soient au courant de la sécurité mise en place dans notre dispositif.

    Pour répondre à toutes leurs questions nous proposons des séances avec notre service informatique le mercredi matin.


    Quels sont les projets que vous avez mis en place cette année?

    Cette année, nous avons pu proposer « un programme d’études hors les murs » permettant à 44 élèves de 1ère de partir à l’étranger, au Laos ou au Népal, tout en se rendant utile, pour travailler avec les associations caritatives locales et vivre en immersion avec les habitants du pays. Pour nos élèves de 4ème, nous avons organisé des voyages d’étude linguistique au Guatemala, à Shanghai et à Pékin.

    L’autonomie et l’ouverture d’esprit que cela développe chez nos élèves nous tient à coeur.


    Quels sont vos prochains rendez-vous?

    Nous vous invitons à nos prochaines portes ouvertes organisées pour le secondaire le vendredi 19 mai prochain.

    Une première commission d’affectation des places s’est certes tenue le 2 février dernier mais il est toujours possible de faire une demande d’inscription pour votre enfant au sein de notre établissement, il nous reste des places dans certaines classes.

     

    Entretien réalisé par Sophie Guiroy, Londres, Mai 2017

     

    Pour aller plus loin:

    http://www.lyceeinternational.london/

     

     

Education

 

Additional Information

En bref

  • L'école Les petites étoiles a reçu un "Outstanding" par l'Ofsted en janvier 2017

    L'école Les petites étoiles a reçu un "Outstanding" par l'Ofsted en janvier 2017

     
  • Avenue des Ecoles/Be-Konnect invité à la conférence de rentrée de Londres Accueil

    Le 3 octobre dernier, s'est tenue à Londres, sous l'égide de Londres Accueil, une conférence sur le thème de "Bien vivre à Londres"

     
  • Septembre 2015 : nouveau programme en maternelle

    Septembre 2015 : nouveau programme en maternelle

    L’entrée en vigueur de nouveaux programmes pour septembre 2015 pour une école maternellefrançaise « bienveillante »

    Il donne ainsi la priorité à la « mobilisation du langage », particulièrement oral, afin de préparer les jeunes élèves à l’entrée dans l’écrit, ainsi qu’aux activités physiques et artistiques.

    Les premières notions de mathématiques et l’apprentissage des dimensions spatiales et temporelles viennent compléter les priorités de ces nouveaux programmes

     Autant d’évolutions vers ce que l’éducation nationale française appelle une école maternelle « bienveillante », qui doit « donner envie aux enfants ».

    Un regard anglo-saxon enfin posé à l’école. Affaire à suivre sur le terrain.

    Avenue des Ecoles, septembre 2015

     
  • Les bébés bilingues connaissent la grammaire dès 7 mois !

     

    Les bébés bilingues connaissent la grammaire dès 7 mois !

    Avant l'âge d'un an, les nourrissons utilisent la hauteur et la durée des sons pour distinguer deux langues aux structures grammaticales très différentes. Bonne nouvelle pour les couples binationaux, leurs enfants sont capables de comprendre rapidement les deux langues. À l'âge de 7 mois, les bébés évoluant dans un milieu bilingue sont susceptibles d'apprendre rapidement la grammaire de leurs deux langues maternelles. Cette capacité vient d'être mise en évidence par des scientifiques du Laboratoire de psychologie de la perception (université Paris-Descartes/CNRS/ENS) et de l'université de British Columbia. Source : Anne Jeanblanc, Le Point.fr, 17.02.2013

     

     

     

     
  • Ecrire correctement les chiffres

    Ecrire correctement les chiffres

    “Maths - It's as easy as 1... 2... 3”. Ten Town characters help young children learn their numbers. Let's see the website http://www.tentown.co.uk. When the autor started his career as a Year 2 teacher he was concerned by how many children could not write numbers correctly. It is not easy to teach multiplying by three when a child has not yet mastered writing the figure… Source: Marilyn Sweet, TES magazine, 11.01.2013.