Scolarité anglaise

La course à la bonne école en Angleterre

 

En Angleterre, à l'occasion de l’entrée d'un enfant en primaire à quatre ans révolus, trois possibilités s'offrent aux familles pour son avenir....

 

 

Le système public et gratuit d'une part, fonctionne, comme en France, sur le principe de la carte scolaire; les parents inscrivent leur enfant dans l’école publique de leur quartier, laquelle est tenue de le scolariser. La plupart d'entre elles sont assez bonnes  - et même parfois très bonnes - partout en Angleterre, sauf dans Londres et sa banlieue, en raison d'un afflux massif de non anglophones qui font malheureusement baisser le niveau, à quelques exceptions près.

 

C'est la raison pour laquelle de nombreux parents – a fortiori les Londoniens – se tournent vers les écoles paroissiales (Church of England), également gratuites car subventionnées par l'Etat, mais dépendantes du Diocèse et qui dispensent souvent un enseignement sinon meilleur mais souvent plus strict que les écoles publiques.

 

L’accès y est cependant beaucoup plus difficile; le principe de la carte scolaire s'applique également mais la liste d'attente est souvent très longue et les parents rivalisent d'assiduité à la messe dominicale ou encore se lancent dans la confection de muffins et autres sucreries pour le vicaire en s'imaginant qu'ils augmenteront ainsi les chances d'admission pour leur enfant! Et ce, sans parler des familles qui se débrouillent pour être domiciliées dans la zone de l’école en question, soit par le biais d'une adresse fictive soit en déménageant pour de bon!

 

Comme le souligne une maitresse de nursery school – l’équivalent de la maternelle en France – on frôle souvent l’hystérie collective lorsqu'il s'agit de scolariser son enfant à Londres.

 

Souvent bien avant sa naissance, le choix de l’école qu'il fréquentera quatre ans plus tard est le principal sujet de discussion et de préoccupation des familles. De nombreux parents de la classe moyenne (Middle Class) ou moyenne supérieure (Upper Middle Class) sont soumis à un vrai déterminisme social, qu'ils ont d'ailleurs eux-mêmes créé au fil des générations, à savoir que le choix de l’école primaire déterminera celui de l’école secondaire, puis de l’université!

Bref, beaucoup de parents sont persuadés que si leur enfant ne va pas dans la «bonne» école à quatre ans, il n'entrera pas dans une «bonne» université quatorze ans plus tard.

 

Cette course à la réussite a généré la mise en place d'une éducation à deux vitesses en Angleterre - et surtout dans la capitale -, laquelle est parfaitement illustrée par le succès du troisième système en place, le système privé.

 

La plupart de ces écoles, totalement indépendantes du gouvernement, ne reçoivent aucune subvention, et affichent des tarifs prohibitifs. Il n'est pas rare que les familles qui choisissent le privé s'endettent afin de payer les frais scolaires ou encore décident d'avoir moins d'enfants car ils savent qu'ils ne pourront pas assumer les frais de leur éducation.

 

Un tel sacrifice est justifié cependant par la qualité exceptionnelle de l'enseignement et des équipements sportifs, musicaux ou artistiques en place dans le privé. C'est un véritable privilège que d’étudier dans de telles écoles et c'est pourquoi ce n'est pas toujours aisé d'y entrer.

 

Si certains établissements acceptent les enfants sans difficulté, sur le principe du premier inscrit, premier servi, ce n'est pas le cas de la majorité d'entre eux, qui sélectionnent leurs futurs élèves dès l’âge de trois ans;  ils leur font en effet passer une évaluation qui consiste à colorier une image, écrire son prénom, faire un puzzle et montrer sa bonne interaction en société. Très jeune donc, le bambin est soumis à l'angoisse de l'examen et surtout à la notion de l’échec en cas de refus de la part de l’école.

 

Cette exigence de réussite se répétera d'ailleurs tout au long de la scolarité de l'enfant, tous systèmes confondus cette fois-ci, lorsqu'il s'agira de passer dans le secondaire puis en terminale et enfin d'entrer à l’université.

 

Caroline Sulzer

www.frenchworks.co.uk

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

D’autres articles sur le sujet

 

 

 

 

 

 

 

 

Education

 

Additional Information

En bref

  • L'école Les petites étoiles a reçu un "Outstanding" par l'Ofsted en janvier 2017

    L'école Les petites étoiles a reçu un "Outstanding" par l'Ofsted en janvier 2017

     
  • Avenue des Ecoles/Be-Konnect invité à la conférence de rentrée de Londres Accueil

    Le 3 octobre dernier, s'est tenue à Londres, sous l'égide de Londres Accueil, une conférence sur le thème de "Bien vivre à Londres"

     
  • Septembre 2015 : nouveau programme en maternelle

    Septembre 2015 : nouveau programme en maternelle

    L’entrée en vigueur de nouveaux programmes pour septembre 2015 pour une école maternellefrançaise « bienveillante »

    Il donne ainsi la priorité à la « mobilisation du langage », particulièrement oral, afin de préparer les jeunes élèves à l’entrée dans l’écrit, ainsi qu’aux activités physiques et artistiques.

    Les premières notions de mathématiques et l’apprentissage des dimensions spatiales et temporelles viennent compléter les priorités de ces nouveaux programmes

     Autant d’évolutions vers ce que l’éducation nationale française appelle une école maternelle « bienveillante », qui doit « donner envie aux enfants ».

    Un regard anglo-saxon enfin posé à l’école. Affaire à suivre sur le terrain.

    Avenue des Ecoles, septembre 2015

     
  • Les bébés bilingues connaissent la grammaire dès 7 mois !

     

    Les bébés bilingues connaissent la grammaire dès 7 mois !

    Avant l'âge d'un an, les nourrissons utilisent la hauteur et la durée des sons pour distinguer deux langues aux structures grammaticales très différentes. Bonne nouvelle pour les couples binationaux, leurs enfants sont capables de comprendre rapidement les deux langues. À l'âge de 7 mois, les bébés évoluant dans un milieu bilingue sont susceptibles d'apprendre rapidement la grammaire de leurs deux langues maternelles. Cette capacité vient d'être mise en évidence par des scientifiques du Laboratoire de psychologie de la perception (université Paris-Descartes/CNRS/ENS) et de l'université de British Columbia. Source : Anne Jeanblanc, Le Point.fr, 17.02.2013

     

     

     

     
  • Ecrire correctement les chiffres

    Ecrire correctement les chiffres

    “Maths - It's as easy as 1... 2... 3”. Ten Town characters help young children learn their numbers. Let's see the website http://www.tentown.co.uk. When the autor started his career as a Year 2 teacher he was concerned by how many children could not write numbers correctly. It is not easy to teach multiplying by three when a child has not yet mastered writing the figure… Source: Marilyn Sweet, TES magazine, 11.01.2013.